"Il y a une part de violence objective"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'avocat d'Yvan Colonna voit dans la lettre du berger "le cri du cœur d’un homme qui est désespéré".

Propos recueillis par Marie Peyraube.