Il y a un risque de "banalisation" de l'IVG, dit le parti Chrétien-Démocrate

  • A
  • A
Il y a un risque de "banalisation" de l'IVG, dit le parti Chrétien-Démocrate
Jean-Frédéric Poisson@ MAXPPP
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 20 JANVIER – Les amendements en débat à l'Assemblée risquent de produire une "banalisation" de l'avortement, dénonce Jean-Frédéric Poisson, président du parti Chrétien-Démocrate.

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard. Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Lundi 20 janvier, vous avez été 52% à faire "Votre choix d’actu" sur l'examen du projet de loi pour l'égalité femmes-hommes, qui comprend deux dispositions visant à conforter le droit à l'interruption de grossesse. Deux amendements dénoncés par Jean-Frédéric Poisson, le président du parti Chrétien-Démocrate, qui expliquait dans Europe midi que cette évolution de la législation risquait de conduire à sa "banalisation".

Le président du parti Chrétien-Démocrate a dénoncé le "double échec" de la loi Veil de 1975 qui selon lui n’a pas permis d’améliorer les conditions "d’accueil de vie naissante" ni l’accompagnement des grossesses difficiles. En supprimant la notion de "détresse", Jean-Frédéric Poisson estime que l'actuelle majorité "renonce à l’esprit de la loi Veil" qui mentionnait dès son premier article "le respect de la vie" et l’importance de la situation "de détresse".