Il y a plus de 65.000 détenus en France

  • A
  • A
Il y a plus de 65.000 détenus en France
Il y a en France au 1er décembre 57.255 places en prison pour 65.262 détenus.@ MAXPPP
Partagez sur :

C’est un nouveau record historique, alors qu’il n’y a toujours pas assez de places en prison.

La barre des 65.000 détenus a été franchie. Au 1er décembre 2011, il y avait précisément 65.262 personnes incarcérées en France, un record historique. Un mois plus tôt, ils étaient 64.711, en hausse donc de 0,9%. Par rapport au mois de décembre 2010, l’augmentation est de 6,2%, selon les statistiques mensuelles de l’administration pénitentiaire. Le précédent record était de 64.971 détenus, en juin dernier.

Le nombre de places en prison demeure quant à lui toujours insuffisant : au 1er décembre, le parc pénitentiaire comptait 57.255 places opérationnelles, soit un taux d’occupation de 113,9%. Ce sont donc 8.007 places qui manquent en France pour pouvoir accueillir tous les détenus. L’administration pénitentiaire se targue cependant d’une hausse de 12,3% "de la capacité opérationnelle du parc pénitentiaire".

Hausse du nombre de mineurs détenus

Le nombre de mineurs détenus a connu une forte hausse en un mois : ils est passé de 690 à 750 au 1er décembre, soit une augmentation de 8 ,7%. Ces mineurs détenus représentent 1,1% du total des personnes incarcérées.

25,4% des personnes incarcérées, soit 16.587 personnes, sont des prévenus, en attente de jugement. Sur un an, ce nombre est en hausse de 2,6%.

Les aménagements de peine progressent

Les dernières statistiques montrent également la progression des aménagements de peine, qui concernent 18,6% de toutes les personnes écrouées condamnées, soit 10.698 personnes. Un nombre en hausse de 25,4% en un an, et 43,7% en deux ans.

Le placement sous surveillance électronique a connu la plus forte progression, avec 7.801 personnes en bénéficiant, contre 5.633 en 2010. Le nombre de personnes bénéficiant d’une mesure de semi-liberté a quant à lui légèrement augmenté, passant de 1.792 à 1.908 en un an.

Dans un rapport publié la semaine dernière, l'Observatoire international des prisons, l'OIP, estimait que les conditions de détention n'avaient pas connu d'avancée majeure ces dernières années. L'association a appelé les parlementaire à voter contre la loi de programmation prévoyant la construction de plus de 20.000 places de prison supplémentaire à fin 2017, jugeant cette augmentation "économiquement coûteuse". Selon l'OIP, cette mesure est en outre "contre-productive en termes de prévention de la récidive".