Il retrouve sa fille perdue grâce à Facebook

  • A
  • A
Il retrouve sa fille perdue grâce à Facebook
@ MAXPPP
Partagez sur :

Après 32 ans de séparation, Raymond et Sandra se sont rencontrés samedi à Nancy.

RETROUVAILLES. Depuis 32 ans, Raymond Rémy, un habitant de Bolènne, dans le Vaucluse, cherchait en vain à retrouver sa fille, Sandra, perdue de vue depuis sa séparation avec la mère de l'enfant. C'est finalement grâce à Facebook que père et filles se sont retrouvés il y a une semaine, rapporte lundi L'Est Républicain. les retrouvailles se sont finalement produites samedi dernier à Nancy, en Meurthe-et-Moselle, où la jeune femme de 35 ans est installée.

Les mairies refusent de communiquer. En tout et pour tout, ils ne s'étaient rencontrés qu'une seule fois. "Nous nous étions séparés d’avec sa mère, peu après sa naissance. Je l’avais revue seulement une fois quand elle avait trois ans", raconte Raymond Rémy dans les colonnes du  journal de Lorraine.  Depuis, ce mécanicien avait refait sa vie, coupant définitivement les ponts avec la mère de sa fille au gré de longs déplacements à l'étranger pour le travail. Puis l'éloignement géographique a fait le reste. Retraité, n'ayant pas eu d'autres enfants, l'homme a entamé des recherches dans le but de retrouver sa fille, Sandra. "Mais je n’avais pas de moyens de la retrouver. Dans les mairies ou les centres sociaux, on ne voulait pas me communiquer de renseignements", assure-t-il au journal.

Sandra accepte leur "demande d'amitié". Puis en juillet dernier, Suzanne, sa femme, croit enfin tenir une piste grâce Internet et Facebook. Mais comment savoir s'il s'agit bien de Sandra ? "Elle m’a montré sa photo sur son profil, il y avait une ressemblance, forcément je suis Martiniquais", se souvient-il aujourd'hui avec joie. Le couple décide donc de lui adresser un message.  Qui reste sans réponse : Sandra est alors en vacances et ne voit pas le courrier électronique dans sa boite de réception. Bien que la jeune femme accepte la "demande d'amitié" formulée par Suzanne, rien ne se passe. Jusqu'à la semaine dernière.

"J'en voulais à ma mère, j'en voulais à mon père". "C’est le jour de son anniversaire qu’elle nous a envoyé un message, il y a une semaine", explique Raymond Remy à L'Est Républicain. C'est que de son côté aussi, depuis des années, Sandra recherchait son père, persuadée qu'il s'était installé en Martinique. "Quand j’étais ado, j’en voulais à ma mère de ne me donner aucune information, j’en voulais à mon père de ne pas me chercher", confie-t-elle aujourd'hui au quotidien. Une émission télévisée portant sur une histoire de retrouvailles lui servira de déclic. "C’est pour ça que j’ai envoyé un mail. J’avais vu que cette personne, Suzanne, que je ne connaissais pas, indiquait souvent qu’elle aimait mes photos sur Facebook, ou mes commentaires. Alors je lui ai écrit pour lui demander si elle connaissait “Raymond Rémy”". Une fois confirmation obtenue par Suzanne, Sandra confie n'avoir eu qu'une seule appréhension : "qu’elle me dise qu’il était décédé".

Un "chamboulement" et un "soulagement". Père et fille se sont parlé tous les jours depuis ce coup de fil, pour commencer à rattraper le temps perdu. Et Les retrouvailles "physiques" se sont donc déroulées samedi dernier à Nancy, ou Sandra vit avec son compagnon et sa fille de  8 ans. "J’en suis encore tout chamboulé", confie Raymond Rémy.  Sandra décrit ainsi au journal une rencontre emprunte d'émotion, avec des échanges de "regards timides"  pour cette grande première. "C’est un poids en moins. Je voyais mes demi-sœurs appeler leur père. Moi je n’avais jamais prononcé le mot “papa” ! C’est un chamboulement !".