Il repousse ses avances, elle le licencie

  • A
  • A
Il repousse ses avances, elle le licencie
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un des chefs cascadeurs de Disneyland Paris affirme avoir été victime d’un licenciement abusif.

Cela fait quatre ans que Gérard Ravenet est en bras de fer avec la direction d'Eurodisney. En 2006, alors qu'il était chef des cascadeurs au parc d’attractions Disneyland Paris, il a subi des humiliations à caractère sexuel par sa supérieure. Peu de temps après, il est licencié.

Les faits remontent à 2006. Un matin, en arrivant, le salarié découvre que sa manager a récupéré une photo de lui sur un blog.

"Une photo de moi torse-nu sur Internet" :

"Elle en fait alors une centaine d’exemplaires qu’elle placarde un peu partout dans le service, le bureau, les toilettes, les ateliers, etc." explique Gérard Ravenet. Les propositions à caractère sexuel s’enchaînent. Le salarié refuse poliment. Jusqu’à ce qu’il reçoive sa lettre de licenciement.

Par deux fois, les tribunaux ont reconnu qu’il avait été victime d’harcèlement sexuel. Mais le licenciement abusif a été rejeté en appel. Aujourd’hui, l'ancien cascadeur, devenu livreur à temps partiel, se pourvoit en cassation et espère obtenir réparation.