Il met le chauffage et reçoit un PV

  • A
  • A
Il met le chauffage et reçoit un PV
Un chauffeur de bus de Brétigny-sur-Orge a été verbalisé pour avoir voulu réchauffer ses passagers, moteur allumé, à l'arrêt.@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

Un chauffeur de bus a fauté à l'arrêt en allumant le chauffage. Il risque un licenciement.

45 euros d’amende pour avoir voulu réchauffer ses passagers. C’est ce qui est arrivé, mardi matin, à Rachid, chauffeur de bus sur la commune de Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne, comme le révèle Le Parisien. Employé chez Veolia transports depuis six ans, il a voulu mettre le chauffage dans son bus pour réchauffer ses premiers passagers, en laissant donc tourner le moteur, avant de démarrer sa tournée. Et ce, alors qu'il était à l’arrêt, à la gare de la ville.

Une faute au Code de la route

Petit hic : l’article R 318-1 du Code de la route interdit de laisser tourner le moteur à l’arrêt Il stipule, comme le rappelle le journal, que les véhicules ne doivent pas émettre "de fumées, de gaz toxiques, corrosifs ou odorants, dans des conditions susceptibles d’incommoder la population ou de compromettre la santé et la sécurité publique". Cette attitude prévenante lui a donc coûté un PV.

"Il était six heures du matin et il faisait trois degrés. Donc il faisait froid. Une femme est montée avec son enfant. Il a donc fallu mettre le chauffage", raconte-t-il au micro d’Europe 1 au lendemain de sa verbalisation. "J’ai une conscience professionnelle. Je ne peux pas laisser un bus tourner sans chauffage", estime-t-il. Et de s’interroger : "Qu’est ce qu’on va faire quand il va faire -5 et -6 degrés ? On va venir avec une couverture ? Une couette ?".

"Demain si je devais le refaire, je le referais" :

C’est la mairie qui est à l’origine de l’amende. Cela fait deux mois qu’elle demande aux chauffeurs, via l’entreprise de transports, de ne pas allumer leur moteur pour faire respecter le calme dans le quartier et éviter ainsi les nuisances. "Il y a eu des plaintes de riverains parce qu’il y a beaucoup de bruit", assure le directeur de cabinet du maire sur Europe 1. Et, ajoute-t-il, "la police ne fait que son travail".

Pour autant, cette amende est réprouvée par les usagers des transports en commun. Pour l’une d’entre eux, qui grelottait en attendant son bus mardi matin, c’est "normal que les chauffeurs laissent le chauffage allumé". Un autre utilisateur s’insurge de cette décision et ne la comprend pas : "il n’y a pas trop d’habitation, ça ne gêne pas trop le voisinage, c’est une gare !".

Vers un licenciement ?

Le pire, c'est que Rachid a reçu mardi matin une lettre de son employeur. Ce dernier estime qu'il ne doit pas payer l’amende car le chauffeur n’était pas au volant lors de la verbalisation. L'homme est convoqué à un entretien préalable à une éventuelle sanction, pouvant aller jusqu’au licenciement.