Il met fin à une cavale bien tranquille

  • A
  • A
Il met fin à une cavale bien tranquille
@ MAXPPP
Partagez sur :

André Fabien Mourne, compagnon du roi de l'évasion, avait réussi à entamer une nouvelle vie.

André Fabien Mourne, en cavale pendant sept ans et condamné par contumace à 10 ans de prison, comparaît lundi devant la Cour d’assises de Nice. Il doit notamment répondre d’une fusillade avec la police en 2002 en compagnie de Pascal Payet, figure du grand banditisme.

Mais André Fabien Mourne, qui avait pris la fuite et changé d'identité, aurait pu continuer à mener une vie tranquille en Saône-et-Loire s’il ne s’était pas rendu à la police début janvier 2010.

2002, il réussi à prendre la fuite

André Fabien Mourne est en train de voler une voiture avec son compagnon de cavale Pascal Payet, alias le roi de l’évasion, lorsqu’il se fait surprendre par les forces de l’ordre en 2002. Une fusillade éclate avec les policiers municipaux et son compagnon se fait attraper. Mais lui réussit à prendre la fuite et part en cavale : la justice n’entendra plus parler de lui pendant sept ans.

Sa cavale commence par une étape au Canada, mais elle est de courte durée : la France lui manque, André Fabien Mourne décide donc de rentrer dans l’Hexagone, mais désormais sous un nouveau nom : David Bianci.

Une nouvelle vie à Châlons-sur-Saône

Bien que recherché par toutes les polices, le "nouvel homme" débarque à Lyon sans attirer l’attention et travaille quelque temps dans une brasserie. Puis il rencontre l’amour de sa vie, Caroline, et la suit à Châlon-sur-Saône pour entamer sa deuxième vie.

Celui que les gens connaissent sous le nom de David Bianci ouvre une pizzeria, avant de transformer une péniche en restaurant très branché où le tout-Châlon se bouscule : les élus, les notables et même les policiers. Cet entrepreneur respecté paye désormais ses impôts, se fait de nouveaux amis, et ne se fait même pas repérer lors d’un contrôle routier.

Il se rend pour des raisons inconnues

L’illusion aurait donc pu durer longtemps. Mais progressivement la façade se lézarde. Psychologiquement, André Fabien Mourne, alias David Bianci, ne tient plus le coup. Ses parents lui demandent de se rendre. Il se remet aux mains de la justice en février 2010. Le procès doit durer jusqu'à mardi.