Il faut renoncer à circuler en IDF

  • A
  • A
Il faut renoncer à circuler en IDF
@ MAXPPP
Partagez sur :

Brice Hortefeux demande aux Franciliens de ne pas prendre leur voiture jeudi, sauf "impératif absolu".

Alors qu'au moins 8.000 personnes, bloquées par la neige, ont passé la nuit en centre d'hébergement, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a demandé jeudi aux usagers de la route d'Ile-de-France de renoncer à prendre leur véhicule "sauf impératif professionnel absolu". "Le phénomène météo auquel nous sommes confrontés est le plus important, le plus grave, le plus exceptionnel depuis une génération, depuis 1987", a souligné Brice Hortefeux, jeudi matin sur Europe 1.

Le retour à la normale est prévu pour jeudi après-midi, selon le ministre :

>> Retrouvez l'état du trafic en direct en cliquant ici.

La circulation déconseillée

"A la suite du brutal et intense épisode neigeux d'hier, la situation météorologique a évolué", a expliqué le ministre. "Les deux tiers du nord de la France sont désormais concernés par une vigilance jaune liée au gel et à la formation de plaques de glace au sol d'importance inhabituelle", a-t-il précisé.

En conséquence, "la circulation sur le réseau routier d'Ile-de-France est fortement déconseillée, sauf impératif professionnel absolu", dit le ministre qui demande aux usagers "de strictement respecter les interdictions et consignes de circulation et de ne pas abandonner, dans la mesure du possible, leur véhicule sur la chaussée afin d'éviter des blocages et la constitution de bouchons".

Salage toute la nuit

Le dispositif d'hébergement mis en place par les pouvoirs publics (services de l'État et communes) dans la nuit de mercredi à jeudi a permis d'accueillir, en Ile-de-France, environ 3.300 personnes dans 78 centres d'hébergement, indique le ministre.

"Les opérations de salage se sont poursuivies toute la nuit mais, étant donné la constitution de plaques de glace liée à l'évolution de la situation météorologique, certains itinéraires restent très difficilement praticables" ajoute-t-il dans un communiqué.

"Il n'y a pas de pagaille"

Le ministère de l'Intérieur a mobilisé 5.000 gendarmes et policiers, dont 2.000 en Ile-de-France pour "faciliter la circulation". Mercredi, Brice Hortefeux s'était voulu rassurant, réfutant le terme de "pagaille sur les routes". Il avait annoncé une amélioration rapide de la circulation (...). "Ce qui pose problème, ce sont les routes lorsqu’elles sont inclinées. Les conditions météorologiques entraînent des complications, c’est le mot juste "complications", avait tenté d’argumenter le ministre de l’Intérieur, lors d’une conférence de presse.

Sur les routes, la polémique enfle déjà. Les pouvoirs publics ont-ils été à la hauteur ? Les routes ont-elles été salées à temps ? La nuit a été difficile pour un grand nombre de Franciliens.