Il était un des derniers "Parrains"

  • A
  • A
Il était un des derniers "Parrains"
@ MAX PPP
Partagez sur :

François Marcantoni, l'une des dernières grandes figures du milieu parisien, a été inhumé mardi.

Un Borsalino noir comme dernier couvre-chef et des polyphonies corses pour accompagner son cercueil : les obsèques de François Marcantoni ont eu lieu mardi à Toulon en présence de quelque 400 personnes venues rendre hommage l’"ami" Marcantoni. Oubliée pour l’occasion la figure du truand décédé la semaine dernière à l'âge de 90 ans.

François Marcantoni, né en 1920 en Haute-Corse, gardait des attaches très fortes autour de Marseille. Mais c’est à Paris qu’il est devenu la dernière figure du milieu de l’après-guerre. D’où son accent mi-corse, mi-titi parisien, qui a contribué à forger le personnage.

"Il ne fallait pas le chatouiller"

"On a passé des moments merveilleux à Pigalle ensemble, on a fait des folies ensemble", a raconté Michou, figure des nuits parisiennes, visiblement ému, sur le parvis de l’église. C’était "un bon vivant, le cœur sur la main, beaucoup de caractère. Il ne fallait pas le chatouiller, mais c’est un type qui ne cherchait pas d’embrouilles. Sans être le Parrain, il était respecté", a renchéri au micro d’Europe 1 Mickey Colombani, un Corse qui fréquentait à l’époque le bar de "Monsieur François".

Résistant pendant la Seconde guerre mondiale, François Marcantoni était devenu bandit "par goût de l’argent", préférant à jamais le "champagne" à la "limonade". Il a passé au total près de 13 ans derrière les barreaux, condamné pour des braquages, des vols de tableaux ou encore des enlèvements.

"Je suis fier d’avoir appartenu au grand banditisme" :



































François Marcantoni racontait avoir connu toutes les grandes vedettes du cinéma français, à commencer par Jean-Paul Belmondo. Il avait aussi croisé la route de nombreuses figures du milieu : de Pierrot le Fou à Francis le Belge.

En 1968, François Marcantoni avait été mis en cause dans l'assassinat de Stevan Markovic, l’ancien garde du corps d'Alain Delon, découvert mort dans les Yvelines. Avant de bénéficier d'un non-lieu huit ans plus tard au terme d’un scandale où se mêlaient prostituées et hautes personnalités. Mardi, Alain Delon n’a pas fait le déplacement à Toulon pour les obsèques.