Hors-piste : des règles à respecter

  • A
  • A
Hors-piste : des règles à respecter
@ REUTERS
Partagez sur :

Les professionnels de la montagne déplorent l'inconscience de certains skieurs inexpérimentés.

L'INFO. Deux skieurs qui évoluaient hors-piste dans le massif du Queyras, dans les Hautes-Alpes, sont morts après avoir été emportés par une avalanche samedi matin. Un accident survenu alors même que la préfecture des Alpes de Haute-Provence avait recommandé aux skieurs de redoubler de prudence en raison des risques d'avalanche. Sur l'ensemble des stations alpines, on parle d'une semaine noire, puisque ce sont 10 personnes qui ont trouvé la mort en montagne depuis huit jours. Europe 1 fait le point sur les dangers de la montagne et les règles à respecter pour tout amateur de poudreuse.

>> A LIRE AUSSI - Semaine noire dans les Alpes

Skier en groupe, bien équipé. Skier hors-piste, c'est s'aventurer là où le risque d'avalanche est le plus fort. Et avant de profiter des champs de poudreuse, il faut d'abord respecter des règles élémentaires de sécurité.

La première règle est de ne jamais skier seul en hors-piste. Il faut être, au minimum, en groupe de trois à quatre skieurs. La seconde consiste à être correctement équipée. Outre le fait d'avoir de bons skis, le "freerider" doit se munir d'une pelle, d'une sonde, d'un dispositif de localisation par GPS : tout ce qui permet de secourir ou d'être secouru en cas d'avalanche. Des règles qui sont affichées partout dans toutes les stations mais qui n'empêchent pas les imprudences.

"Ils pensent tout connaître". Tous les jours, malgré ces conseils, Jean-Baptiste, moniteur de ski à Châtel, en Haute-Savoie, voit évoluer des skieurs en hors-piste seuls et sans équipements. Des inconscients, estime-t-il au micro d'Europe 1. "Ils pensent tout connaitre", explique le moniteur. "J'ai skié toute ma vie, depuis tout petit, et je ne sortirais pas tout seul en hors-piste. Certains jeunes viennent au ski une semaine par an pendant l'hiver depuis cinq à six ans et ont l'impression de maîtriser, mais ce n'est pas le cas", explique-t-il.

Et Jean-Baptiste parle en connaissance de cause. A 22 ans, le jeune moniteur n'a pas le droit d'emmener ses clients en hors-piste. Pour cela, il faut pour cela passer un diplôme spécifique. Il s'obtient après sept années d'études.