Hôpital: haro sur les blouses impudiques

  • A
  • A
Hôpital: haro sur les blouses impudiques
Une patiente dans un service d'urgences.@ MAXPPP
Partagez sur :

Une pétition contre la jaquette d'hôpital "qui met les fesses des patients à l'air" fait le buzz sur Internet.

Si vous êtes déjà passé "sur le billard", vous y avez forcément déjà eu droit : la chemise d'hôpital fait l'objet d'une pétition en ligne, lancée le 31 juillet, qui rencontre un certain succès sur les réseaux sociaux.

Pourquoi cette levée de bouclier ? "Nous refusons de considérer comme normal le fait de devoir renoncer à sa pudeur, simplement parce qu'on est hospitalisé", explique "Farfadoc", médecin blogueur, dans l'objet de la pétition adressée à la ministre de la Santé mais aussi à tous les directeurs d'établissements hospitaliers.

"Un patient ainsi affublé se retrouve à moitié nu"

Et la médecin de s'indigner : "en se levant et en marchant un peu, un patient ainsi affublé se retrouve à moitié nu devant son voisin de chambre, ou devant les soignants, soignés, familles et amis, se trouvant en même temps que lui dans le couloir".

La pétition n'est pas infondée : tout un passage de la Charte de la personne hospitalisée évoque "le respect de l'intimité de la personne" qui "doit être préservé lors des soins, des toilettes, des consultations et des visites médicales, des traitements pré et post-opératoires, des radiographies, des brancardages et, plus généralement, à tout moment de son séjour hospitalier."

"Un bouton en plus, pour un peu de dignité"

La polémique autour du vêtement ne date pas d'hier. Dans un billet, remontant à l'été dernier, un médecin généraliste plaidait avec humour dans un billet tout en dessins pour "le bouton en plus, pour un peu de dignité".

Fin juillet dernier, c'est une kinésithérapeute, "Leya_MK", qui relançait la controverse en s'insurgeant sur son blog contre la dignité bafouée d'une gentille dame de 85 ans "vêtue de l'informe chemise de nuit de l'hôpital".

"Il y a d'autres problèmes, probablement plus importants, à gérer concernant notre système de santé", mais "ce sujet est loin d'être anodin", souligne-t-elle.

Argument supplémentaire, des alternatives à ce vêtement décrié existent : "des chemises de patient se nouant sur le côté, façon cache-coeur, ou ayant simplement une fermeture plus adaptée".

Mardi, le compteur approchait les 3.000 signatures. La pétition vise les 10.000 signataires.