Halde : la gestion Schweitzer épinglée

  • A
  • A
Halde : la gestion Schweitzer épinglée
@ MAXPPP
Partagez sur :

La mandat de Louis Schweitzer est critiqué, un député veut qu'il rembourse ses indemnités.

"Absence de contrôle", des "marchés à la limite de la légalité" et une "opacité dans les opérations financières". Voici résumé en quelques expressions la portrait au vitriol dressé par la Cour des comptes sur la gestion de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) au temps où Louis Schweitzer en était le président, de 2004 à 2010. Le document que s’est procuré l’hebdomadaire Marianne, évoqué aussi "un risque de redressement judiciaire en cas de contrôle par les services de la Commission européenne".

Principal point noir désigné par la Cour des comptes : la communication. Entre 2005 et 2009, la Halde a dépensé pas moins de 6,2 millions d’euros dans le seul but de sa promotion. Les principaux bénéficiaires en sont l'association Civisme et démocratie (Cidem) et les agences Publicis et TBWA, toutes engagées sans mise en concurrence préalable. Selon le rapport, le Cidem qui fédère 11 associations engagées dans la promotion de la citoyenneté, a touché 3,2 millions d’euros entre 2006 et 2008.

Conflits d’intérêts

Les magistrats de la Cour des comptes ont par ailleurs mis en cause le loyer annuel de 1.831.952 euros versés pour le siège de 2.304 m2 du 11 rue Saint-Georges, dans le 9e arrondissement de Paris. Soit 795 euros le m2, contre 308 dans la rue voisine. Ce loyer était déjà dans le collimateur des députés qui ont rogné les crédits prévus dans le budget 2010 pour la Halde, passés de 12,9 millions d'euros à 11,9.

La cour a aussi mis en évidence des conflits d'intérêts impliquant des membres du collège exécutif de la Halde. "Sur les 11 membres composant le collège, trois seulement ont respecté l’obligation d’établir une déclaration d’intérêt immédiatement après leur nomination", observe la Cour des comptes.

"Qu'il restitue à la Halde les indemnités"

"La moindre des choses serait qu'il restitue à la Halde les indemnités annuelles de 77.300 euros qu'il a perçues pendant prés de cinq ans", a réagi lundi Richard Mallié. Le député UMP des Bouches-du-Rhône avait déjà fait adopter un amendement ramenant les crédits pour 2010 de la Halde de 12,9 à 11,9 millions d'euros.

Premier questeur de l'Assemblée nationale, ce dernier dénonce "le train de vie indécent que mène la Halde depuis sa création" et rappelle qu'il avait critiqué en octobre les dépenses de communication "exorbitantes".

Louis Schweitzer a quitté en mars ses fonctions à la Halde créée par la loi du 30 décembre 2004. Il été remplacé par Jeannette Bougrab, une juriste qui s'est engagée lors d'une audition par les députés à gérer "comme un père de famille" le budget de l'institution