Guyane: Valls pointe la "volonté de tuer"

  • A
  • A
Guyane: Valls pointe la "volonté de tuer"
François Hollande a fermement condamné l'attaque contre les militaires@ MAXPPP
Partagez sur :

Plusieurs membres du gouvernement ont réagi après l’embuscade mortelle subie par l’armée en Guyane.

Ils ont exprimé leur "très vive émotion". Le président François Hollande ainsi que les ministres des Outre-mer, Victorin Lurel, de l'Intérieur, Manuel Valls, et de la Défense, Jean-Yves Le Drian ont réagi jeudi après la mort de deux militaires du 9è RIMa en Guyane lors d'une opération contre des chercheurs d'or clandestins.

Lurel sur place

"Le président de la République condamne vigoureusement cette attaque contre des représentants des forces de l'ordre. Il s'engage à ce que tous les moyens soient mis en oeuvre afin de retrouver les auteurs de ces crimes", souligne un communiqué publié en fin de matinée par l'Elysée.

"Un tel niveau de violence n'était jamais arrivé, avec des individus très déterminés qui avaient une volonté de tuer", a déploré jeudi matin Manuel Valls. "La lutte contre l'orpaillage en Guyane doit continuer", a-t-il encore souligné durant sa visite à Dreux, en Eure-et-Loire, en marge du congrès de l'Unsa-Police, 3e syndicat de gardiens de la paix.

Victorin Lurel se rendra sur place jeudi matin pour "rendre hommage aux deux militaires tués et se rendre au chevet des blessés", a annoncé son ministère dans un communiqué.

Une attaque "contre des représentants de l'autorité républicaine"

Les trois membres du gouvernement ont salué "l'engagement" des militaires décédés dans cette opération "ainsi que celui de tous les militaires dans la lutte contre l'orpaillage clandestin". Ils condamnent "avec la plus grande fermeté" cette attaque "contre des représentants de l'autorité républicaine".

Deux militaires ont été tués et deux gendarmes grièvement blessés mercredi dans une opération conjointe entre l'armée et la gendarmerie contre des chercheurs d'or clandestins en Guyane.