Grippe A : deux commissions d'enquête

  • A
  • A
Grippe A : deux commissions d'enquête
@ REUTERS
Partagez sur :

Elles devront déterminer pourquoi la campagne de vaccination n’a pas été un succès.

Les couacs de la campagne de vaccination vont être passés au crible. Mercredi, l’Assemblée nationale et le Sénat ont mis en place deux commissions d’enquête. Elles auront pour objectif de faire toute la lumière sur les dysfonctionnements de la campagne de vaccination contre le virus H1N1 lancée en novembre dernier.

"L’objectif des deux commissions n’est pas exactement le même", précise François Autain, sénateur communiste et président de la commission d’enquête du Sénat. "Celle que nous avons créée cet après-midi (mercredi, ndlr), se focalisera davantage sur le rôle des firmes pharmaceutiques dans cette campagne", a-t-il expliqué à Europe1.fr.

Expliquer et non accuser

Du côté de l’Assemblée nationale, la commission d’enquête aura pour objectif, plus général, d’expliquer pourquoi la campagne de vaccination n’a pas eu le succès escompté. Le gouvernement s'était lancé, avant l'été 2009, dans une politique d'acquisition de 94 millions de doses de vaccins. Au final, seules 5,6 millions de personnes ont été vaccinées.

"Il ne s'agit pas d'accuser mais d'enquêter", a expliqué Jean-Luc Préel, membre de la commission. "Il nous faut connaître les raisons de ce non-succès de la vaccination pour pouvoir faire face à d'éventuelles nouvelles pandémies", a-t-il ajouté.

Réclamée par le groupe Nouveau centre, la commission a été votée au grand dam de l'UMP qui y voit un geste "inamical" de la part de son allié. Seuls les groupes Nouveau Centre et GDR (communistes, Verts) ont d'ailleurs voté en faveur de cette commission d'enquête. En dépit de l'abstention de l'UMP et du PS, la commission d'enquête a été acceptée. Pour qu'une telle demande soit rejetée, il faut en effet une majorité de 3/5e de votes contre.

Des investigations communes

Les deux commissions enquêteront chacune de leur côté. Mais au Sénat, on n’exclue pas la possibilité d’un travail commun. « Il n’est pas impossible que pour certaines investigations auprès de l’OMS (Organisation mondiale de la santé, ndlr), on envisage des rapprochements avec la commission de l’assemblée nationale », a souligné François Autain, dont la commission devrait rendre ses conclusions en août prochain.

REAGISSEZ-La grippe A constitue-t-elle encore une menace ?