Grève SNCF : trafic perturbé en Ile-de-France

  • A
  • A
Grève SNCF : trafic perturbé en Ile-de-France
@ MAXPPP
Partagez sur :

SUR LES RAILS - A la veille du vote de la réforme ferroviaire, le trafic devait être normal sur l'ensemble du réseau lundi, sauf en région parisienne.

L'INFO. La situation ferroviaire serait presque revenue à la normale lundi matin, malgré un foyer d’irréductibles en Île-de-France et en Picardie. Le mouvement de protestation des cheminots contre la réforme ferroviaire, qui doit être votée solennellement mardi à l'Assemblée nationale, se réduisait ainsi à quelques îlots dans ces deux régions, où le trafic reste perturbé de manière "résiduelle", selon la SNCF.

> Pour connaître les conditions de trafic en temps réel, cliquez ici

Le trafic sera normal sur l'ensemble du réseau, avec des "perturbations résiduelles sur le Transilien" où quatre trains (RER) sur cinq sont prévus aux heures de pointe, a précisé le groupe.

> La circulation des trains en région parisienne lundi :

- Sur le RER B seize trains par heure circuleront à partir de la gare du Nord contre 20 en temps normal et le service sera normal sur la partie sud.

- Sur le RER C, il y aura 15 à 16 trains par heure et quatre sur cinq sur la ligne E.

- La circulation sera presque normale sur le RER D. A partir de la gare Saint-Lazare, environ huit trains sur dix sont prévus.

Des perturbations jusqu'à mardi ? Quelque 700 gilets rouges s'occuperont des voyageurs aux heures de pointe et procèderont à la distribution d'eau, selon la directrice générale du Transilien, Bénédicte Tilloy, qui craint des perturbations jusqu'à mardi en raison du vote solennel de la loi. Les assemblées générales de cheminots encore en grève doivent se prononcer dans la matinée sur la poursuite ou non de leur mouvement, entamé le 10 juin, à l'appel de la CGT-Cheminots et de SUD-Rail.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

SNCF - La grève touche (presque) à sa fin

ARGENT - La grève a déjà coûté 153 millions d'euros

LES FAITS - SNCF : la grève se poursuit, le mouvement s'essouffle

GUERRE DES NERFS - Grève SNCF : c'est la base des syndicats qui durcit le ton