Grève à la SNCM : climat tendu en Corse

  • A
  • A
Grève à la SNCM : climat tendu en Corse
@ MaxPPP
Partagez sur :

L'Office des transports de Corse dénonce "la grève de trop", les transporteurs routiers, eux, lancent un blocus.

 L’INFO. Les esprits s'échauffent en Corse au 5e jour de grève de la SNCM et de la Méridionale, avec le début dimanche de blocus des transporteurs routiers et la montée au créneau de l'office des transports de Corse (OTC) qui demandent un "service minimum" aux compagnies.

09.01.Marseille.ferry.Napoleon.E1.CHEVANCE.930.620

© EUROPE 1/ NATHALIE CHEVANCE

Les transporteurs routiers en colère... Alors que le conflit a depuis mercredi empêché plusieurs milliers de passagers de transiter sur les bateaux des deux compagnies et perturbé le fret routier, le syndicat des transporteurs routiers de Corse a décidé d'afficher son "ras-le-bol". "Le mot d'ordre, c'est de ne pas transporter de fret", a ainsi précisé le président du syndicat, Jean-Marie Maurizi, qui a demandé à la compagnie privée Corsica Ferries, la seule assurant aujourd'hui des traversées, de ne pas embarquer de marchandises "pour mettre tout le monde sur un pied d'égalité". Une demande à laquelle la compagnie a indiqué avoir l'intention de se conformer.

L'Office des transports de Corse aussi. De son côté, le président de l'Office des transports de Corse (OTC), Paul-Marie Bartoli, a dénoncé "la grève de trop" du duo SNCM-Méridionale. "Il faut que cette grève cesse", a tonné Paul-Marie Bartoli, qui "demande instamment un peu plus de responsabilité aux organisations syndicales", dont il dit cependant comprendre les inquiétudes. Selon France 3 Corse, l'OTC a également demandé la mise en place par la Méridionale et la SNCM d'un "service social et solidaire", prévu dans la dernière DSP, et qui doit s'appliquer dès le cinquième jour de grève.

Un "coup de pression" à la veille d'une semaine importante. Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier doit recevoir lundi la Fédération nationale des marins CGT, qui demande que soit rendu obligatoire pour toutes les compagnies le pavillon français premier registre, l'un des motifs de la grève. Il doit également réunir dans la semaine les acteurs du dossier SNCM pour discuter du financement du renouvellement de la flotte de la compagnie marseillaise, un plan que réclament les syndicats de l'entreprise historique, en proie à d'importantes difficultés financières et menacée de dépôt de bilan.