Grasse : démantèlement d'un vaste réseau de prostitution

  • A
  • A
Grasse : démantèlement d'un vaste réseau de prostitution
@ MAX PPP
Partagez sur :

Un père et ses deux fils sont soupçonnés d'en être à la tête. Au total, 12 personnes ont été déférées vendredi.

L'INFO. C'est tout un réseau de prostitution qui a défilé vendredi dans le bureau d'un juge d'instruction de Grasse, dans les Alpes-Maritimes. Douze personnes, interpellées lundi dans le sud-est et le nord du pays par les gendarmes pour leur implication présumée dans un réseau européen de prostitution de luxe, ont été présentées au magistrat en vue de leur mise en examen. Le parquet a requis le placement en détention provisoire de huit personnes, toutes mises en cause pour "proxénétisme aggravé" et, pour certaines, pour "blanchiment".

Un père et ses deux fils… au RSA. Parmi les 12 personnes mises en cause figurent un homme d'une cinquantaine d'années et ses deux fils, originaires du nord et installés depuis plusieurs années dans le Var. Les trois individus, sans emploi et bénéficiaires du RSA,  sont soupçonnés d'être à l'origine et la tête de ce réseau. Leur mode opératoire consistait à proposer "officiellement" des jeunes filles comme masseuses sur des sites internet de petites annonces.

Une organisation bâtie autour du clan. Le procureur de Grasse évoque une organisation "parfaitement rodée" qui opérait "depuis 2008-2009. Le père de famille a ainsi monté un réseau très "structuré" autour de son  clan.  Les jeunes femmes, essentiellement françaises, mais aussi de nationalité suisse ou belge, travaillaient à Fréjus, dans le Var, et Mandelieu-la-Napoule, dans les Alpes-Maritimes. Leurs activités se déroulaient dans des logements mis à disposition par un agent immobilier. Un des fils était chargé du recrutement, de l'accueil des prostituées et de récolter l'argent. L'autre se chargeait de la gestion des sites internet, dont l'un, créé par la famille elle-même, avait son siège aux Seychelles.

Gendarmerie

Une quarantaine d'"employées".  Une quinzaine de jeunes femmes se trouvaient jusqu'à ces derniers jours sous la coupe de ce réseau qui en a employé une quarantaine au total, selon les enquêteurs. Elles étaient démarchées via une annonce sur un site belge et devaient fournir une photo aux recruteurs. En retour, une femme, elle-même prostituée, les rappelait, pour leur vanter les possibles gains de la prostitution. Cette "rabatteuse" avait également la charge de leur préciser les conditions contractuelles, ainsi que les modalités pratiques de leur activité.

Des annonces en lignes. Si la "postulante" était d'accord, un rendez-vous était fixé et une petite annonce était mise en ligne sur les sites Vivastreet et Escort Meetic pour appâter les clients. Parmi les "services" assurés par "l'employeur", on comptait la réception en gare, la remise d'un téléphone portable et d'un kit de prostitution, constitué de préservatifs et de lingettes. Chaque fille devait quotidiennement payer aux proxénètes "entre 275 et 350 euros, y compris les jours non travaillés et quel que soit le nombre de clients", a raconté le procureur.

Armes en tous genres et comptes en Suisse. Les perquisitions ont permis la découverte d'armes de poing et d'épaule, d'environ 64.000 euros en liquide, de cinq véhicules et d'une moto, ont rapporté les gendarmes, précisant dans un communiqué que "le tout, plus le patrimoine immobilier d'une maison avec terrain, en cours d'estimation, pourraient être saisis au titre des avoirs criminels". Le juge d'instruction en charge du dossier est en train de procéder à la saisie de plusieurs comptes bancaires représentant "plusieurs centaines de milliers d'euros", selon le procureur. Le réseau disposait en outre d'un compte en Suisse. L'étude de ces comptes démontre que, depuis l'origine, les gains engendrés pourraient dépasser 1 million d'euros, selon les gendarmes, qui précisent que les clients auditionnés ont confirmé les tarifs proposés (130 à 200 euros la passe).