Grâce au Web, il retrouve sa caméra perdue dans la mer

  • A
  • A
Grâce au Web, il retrouve sa caméra perdue dans la mer
@ Capture d'écran - YouTube
Partagez sur :

Un plongeur l'a repêchée et a publié la dernière vidéo filmée dans l’espoir de retrouver le propriétaire.

C'est une belle histoire qui commence par un grand saut. Un Toulousain a retrouvé sa caméra Go pro, perdue au fond de la Méditerranée lors de vacances à Malte. L'homme qui se filmait en train de sauter depuis une falaise avait lâché l'objet en arrivant dans l'eau. C'est ce dernier film qui lui a permis de retrouver son bien, grâce au concours d'un plongeur et à la "puissance" du Web.

Le hasard a fait que Tom Steiner, un plongeur professionnel installé sur l'Ile de Gozo, là où se situe l'action, au large des côtes maltaises, a retrouvé la petite caméra en parfait état, par 27 mètres de profondeur. Et Tom ne s'est pas pas arrêté là : le plongeur providentiel a posté sur YouTube la dernière vidéo enregistrée, dans l'espoir que quelqu’un reconnaisse son propriétaire. L’œuvre fait son petit buzz sur les réseaux sociaux et tout s’accélère enfin quand le 13 août dernier, le journal Sud-Ouest relaye le petit film sur son site internet.

>> La vidéo postée par Tom, intitulée "Objet trouvé GoPro" :

"C'est un ami qui m'a envoyé le lien sur Facebook, après m'avoir reconnu", confiait mardi au quotidien bordelais Sébastien Malot, l'homme au maillot de bain rouge sur la vidéo."J'ai ensuite contacté Tom par mail pour lui signifier que c'était bien la mienne en lui communiquant certains détails", poursuit-il. Ironie de l'histoire, l'homme n'en est en fait pas vraiment le propriétaire :"la caméra n'est pas exactement à moi mais à mon meilleur pote, Baptiste. C'est à lui que je parle sur la vidéo. Nous avons passé quinze jours de vacances à Malte avec nos familles". Lequel Baptiste n'en revient toujours pas : "ce qui est dingue, c'est la puissance du réseau, que plusieurs personnes aient vu cette vidéo et la transfèrent pour que Seb ou moi soyons informés". "Une belle histoire", selon lui, "avec des gens biens comme il en existe de moins en moins."