Google fait visiter six musées français

  • A
  • A
Google fait visiter six musées français
@ Capture d'écran
Partagez sur :

Le géant américain donne un second souffle à sa plateforme de mise en ligne d'œuvres d'art.

Explorer les collections du musée d'Orsay à Paris, découvrir les œuvres du MoMa de New York, admirer les trésors du Musée de Delhi. Google permet aujourd'hui de se promener virtuellement dans 151 des plus grands musées du monde.

Un an après le lancement d'Art Project, le géant américain met en ligne mardi une nouvelle version de son site. La plateforme, qui vise à faire découvrir une sélection d'œuvres d'art numérisées en très haute résolution, totalise aujourd'hui 31.000 œuvres, contre un millier initialement.

Voici une vidéo présentant la configuration d'Art Project de Google :





Avec cet outil, le géant américain veut montrer qu'Internet "peut aider la culture locale", souligne un responsable de sa communication. "'Art Project' est le fruit de notre engagement envers tous les types d'arts, de cultures et de civilisations à travers le monde", a souligné Amit Sood, responsable de la plate-forme chez Google. Pour les musées, l'intérêt est triple, estime Amit Sood : toucher de nouveaux publics, augmenter le trafic de leurs propres sites Internet, et augmenter leur visibilité.

"Visualiser les œuvres dans leur contexte"

C'est à Paris, où Google a récemment inauguré un siège, que la firme a choisi de présenter la nouvelle version de ce projet. Nicolas Sarkozy, qui souhaite imposer les géants du web sur leurs activités en France, reprochait à Google de ne considérer la France que comme un patrimoine à piller, tout en n'y payant pratiquement pas d'impôts.

Mais là, se sont bien les musées qui choisissent de répertorier leurs œuvres dans la base de données de Google. Le château de Versailles, partenaire d'Art Project depuis ses débuts, participe aujourd'hui à l'opération avec cinq autres sites. Le musée d'Orsay, le musée de l'Orangerie, le château de Fontainebleau, le musée du Quai Branly et le château de Chantilly ont en effet accepté de rejoindre l'aventure.   

Grâce à la technologie Street View, certains musées partenaires permettent de réaliser une visite guidée virtuelle. Les internautes peuvent en effet se déplacer "à l'intérieur" des musées, comme le château de Versailles. Pour Catherine Pégard, présidente du domaine national de Versailles, "l'intérêt pour le visiteur virtuel est de visualiser les œuvres dans leur contexte, prenant tout leur sens dans le décor des Grands Appartements royaux et de la Galerie des Glaces".

Un projet boudé par Le Louvre

Si certains musées ont vraiment joué le jeu en mettant en ligne la quasi-totalité de leur collection, d'autres se montrent plus frileux. D'une institution à l'autre, le nombre d'œuvres numérisées est en effet très variable : 25 pour le quai Branly contre 255 pour le musée d'Orsay et plus de 5.000 pour le centre d'art Britannique de Yale.

Certains grands musées comme le Louvre n'ont toutefois pas mis à disposition du site leurs collections. Un problème de temps et d'emploi du temps, assure un responsable de la communication du Louvre.

Le soutien de Michelle Obama

Avec la fonction "Discover", les trésors des musées partenaires sont réunis instantanément par thèmes ou par artistes. Pour cette nouvelle version, Google a noué des partenariats avec 151 institutions dans 40 pays à travers le monde, contre 17 musées répartis dans 9 pays essentiellement européens à l'origine.

Voici certains musées dont les collections sont disponibles sur Google :





Michelle Obama en personne a souhaité donner un coup de pouce au projet. La première Dame de Etats-Unis a ouvert virtuellement mardi les portes de la Maison Blanche aux visiteurs désireux de découvrir les œuvres d'art de la résidence présidentielle américaine.

"La Maison Blanche n'est pas seulement la résidence de la famille du président ni un lieu de rencontres pour les dirigeants du monde. C'est aussi une 'maison du peuple', un lieu qui doit être ouvert à tous", a déclaré la Première dame des Etats-Unis dans un message vidéo :