Finistère : l'eau du robinet contaminée dans deux communes

  • A
  • A
Finistère : l'eau du robinet contaminée dans deux communes
@ MAXPPP
Partagez sur :

SANTE - Les habitants de deux communes du Finistère ne doivent plus boire d'eau du robinet, en raison de la présence d'une bactérie.

La préfecture du Finistère a demandé dimanche aux habitants des communes de Riec-sur-Belon et de Moëlan-sur-Mer de ne pas boire l'eau du robinet en raison de la présence de la bactérie E-Coli sur un des prélèvements du réseau, a-ton appris auprès de la préfecture. "Cette bactérie ne présente pas de danger spécifique pour la santé, mais elle peut présenter les mêmes symptômes qu'une gastro-entérite. Il s'agit d'une contamination modérée, d'un défaut de qualité bactériologique de faible importance", a indiqué à l'AFP Jean-Daniel Montet-Jourdran, directeur de cabinet du préfet du Finistère.

>>> Lire aussi : L'eau du robinet n'est pas aussi saine partout

Par précaution, des points de distribution d'eau en bouteille ont été mis en place par les deux municipalités du sud-Finistère. Des mesures correctives ont été mises en oeuvre sur le réseau, leurs résultats seront connus mardi. La préfecture recommande de ne pas utiliser l'eau du robinet pour "la boisson et le lavage des légumes et fruits consommés crus, mais elle peut toutefois être utilisée pour les besoins sanitaires et pour la cuisson des aliments". A la mairie de Riec-sur-Belon, on explique avoir mis sur pied une "petite cellule de crise" et "une permanence pour ravitailler les gens en eau en bouteille". Des bouteilles seront aussi livrées directement aux personnes âgées.

>>> Lire aussi : Les Français apprécient l'eau du robinet mais...

Les deux communes concernées sont distantes de quelques kilomètres de Clohars-Carnoët, où neuf enfants d'une colonie de vacances ont été brièvement hospitalisés vendredi après des malaises dus à des symptômes de gastro-entérite. Toutefois, "les deux événements ne sont pas liés", a affirmé le directeur de cabinet du préfet qui a reçu dimanche matin le rapport de l'Agence régionale de santé (ARS). "A Clohars, il s'agissait d'une gastro-entérite classique d'origine virale, ce n'était pas une contamination par l'eau", a-t-il souligné.