Gabriel Iacono : "c’est ma dernière action"
Gabriel Iacono © MAXPPP

Le petit-fils du maire de Vence est en grève de la faim pour demander la libération de Christian Iacono.

"J’ai fait une grosse connerie et aujourd’hui, je la répare du mieux que je peux". Gabriel Iacono s’est installé jeudi matin devant le Palais de justice de Grasse et il compte y rester. Le jeune homme de 21 ans a débuté une grève de la faim pour protester contre le refus du procureur de remettre en liberté son grand-père, Christian Iacono. Il demande la libération de celui qu'il avait fait condamner en l'accusant de viol durant onze ans, avant de se rétracter.

"Entendez-moi", supplie Gabriel Iacono

Assis devant le tribunal, Gabriel Iacono a disposé devant lui une pancarte sur laquelle il est écrit : "en grève de la faim pour la libération immédiate et définitive de mon grand-père faussement accusé par mes dires et totalement innocent. Entendez-moi SVP et signez !". Le jeune homme n’a pris avec lui que deux bouteilles - d’eau et de jus d’orange - et son téléphone portable.

Gabriel Iacono a prévenu jeudi au micro d’Europe 1 que c’est sa "dernière action". "Je ne pourrais pas faire grand-chose de plus après. Si ça ne fait pas avancer les choses, il n’y a rien qui n’avancera et c’est perdu d’avance", a jugé le petit-fils du maire de Vence. Une action qui touche en tout cas le procureur de la République, Jean-Louis Moreau. Jeudi à la mi-journée, il a dit exprimer de la "compassion" pour le jeune homme.

"Ca démontre bien qu’on ne veut pas m’entendre" : 


Pour autant, le magistrat ne s’est pas arrêté pour le saluer, ce qui révolte Gabriel Iacono. "S’il a de la compassion, il aurait pu faire les cinq pas (qui nous séparent, ndlr) et me dire bonjour. Il peut me dire à moi aussi qu’il a de la compassion", relève le jeune homme. D’ores et déjà, a-t-il prévenu, il va écrire au procureur pour demander une audition.

Mais il devra sûrement attendre le 13 mars pour connaître le sort de son grand père. Une nouvelle audience doit en effet avoir lieu à cette date devant la chambre d'application des peines de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence pour une éventuelle liberté conditionnelle.

Cette affaire trouble la justice depuis plus d'une décennie. Christian Iacono, aujourd’hui âgé de 77 ans, a déjà été incarcéré quatre fois et libéré trois fois au fil des hésitations de la justice. L'ex-élu reste condamné à neuf ans de prison dans l'attente d'un complément d'enquête. Il a été réincarcéré le 9 janvier dernier à la maison d'arrêt de Grasse pour purger sa peine. Christian Iacono a déposé une demande de révision de sa condamnation, en principe définitive.

Une commission de la Cour de cassation statuera dans quelques mois au vu du complément d'enquête. Mais elle a déjà rejeté le 23 janvier une demande de suspension de peine.