Fusillade de Lille : "il voulait tuer"

  • A
  • A
Fusillade de Lille : "il voulait tuer"
@ JESSICA JOUVE
Partagez sur :

TÉMOIGNAGES E1 - Les clients présents dans la discothèque samedi soir sont choqués.

Ils étaient venus s'amuser. Les "200 ou 300" clients présents dans la discothèque "Theatro", située en plein coeur de Lille sont passés du rire à l'effroi dans la nuit de samedi à dimanche, vers 3 heures du matin. C'est à cette heure qu'un client est revenu pour se venger, furieux d'avoir été refoulé à l'entrée par un videur quelques minutes auparavant, faisant deux morts et cinq blessés.

"Les gens dansaient et ça a tiré"

"Il est revenu et il a tiré en rafale avec une kalachnikov, tout ça pour avoir été recalé", résume au micro d'Europe 1 un témoin, qui a encore du mal à réaliser. Une première salve est tirée à l'extérieur de l'établissement, touchant notamment le videur "coupable" de l'avoir éconduit à la jambe.

Puis c'est à l'intérieur de la discothèque spécialisée en RnB de la rue Gambetta que les choses se poursuivent. Voyant le danger, les videurs ont intimé à tout le monde de se réfugier à l'intérieur, où ils ont rejoint la foule qui était sur la piste. "Il y avait la musique, les gens dansaient, et ça a tiré", commente un autre témoin. "Mais personne n'a réagi sur le coup. C'est au bout de la deuxième rafale que les gens ont compris", après avoir "cru que c'était des éclats de verre ou des pétards", ajoute-t-il.

"On s'est cachées sous l'escalier"

Eileen, présente à l'intérieur confirme. "On entendait comme des pétards. J'ai attrapé une copine, on a tous couru et on s'est cachées sous l'escalier, allongées par terre", confie sur Europe 1 la jeune femme, maman, émue.

"On ne tire pas quatre rafales de kalachnikov dans une boite de nuit comme ça. Il a fait sans être alcoolisé, à jeun, en étant bien conscient", souligne un client, affirmatif. "il voulait tuer, c'est tout". "C'est choquant", renchérit enfin un autre. "Il y a pleins de gens qui sont venus qui ne demandaient rien", conclut-il, en faisant référence aux deux personnes tuées, une employée et un client, et aux cinq autres blessées et conduites dans la foulée à l'hôpital.