Furosemide : pour la justice, il n'y a plus d'affaire

  • A
  • A
Furosemide : pour la justice, il n'y a plus d'affaire
Partagez sur :

Le parquet de Paris a classé vendredi sans suite l'enquête préliminaire sur le médicament du laboratoire Teva.

Le parquet de Paris a classé vendredi sans suite l'enquête préliminaire sur le Furosémide en "l'absence d'infraction", a-t-on appris de source judiciaire. Aucune trace de somnifère Zopiclone n'a été trouvée dans le diurétique qui avait été mis en cause à Saint-Malo et les enquêtes initiées par les parquets régionaux n'en ont pas détecté ailleurs en France, a-t-il été précisé.

Le contexte. Depuis plusieurs semaines, l'Agence nationale de la sécurité du médicament était sur les dents. Elle redoutait que des somnifères aient été introduits par erreur dans des boîtes de Furosémide, un diurétique du laboratoire Teva, causant la mort de plusieurs patients. Le problème, c'est que trois semaines après le début des investigations, les enquêteurs n'ont pas trouvé le moindre indice sur ce qu'il s'est produit. C'est pour cette raison que l'enquête préliminaire a été classée sans suite par le parquet de Paris.

>> A LIRE AUSSI : Une alerte, un seul signalement

Tous les tests négatifs. Le site de fabrication du Furosémide, à Sens, dans l'Yonne, avait déjà été passé au peigne fin, sans succès. Et voilà que les tests menés sur l'emballage plastique de Saint-Malo, premier cas signalé d'inversion et point de départ de toute l'affaire, se sont eux aussi révélés négatifs : selon les analyses chimiques, il n'y aurait pas non plus la moindre trace de somnifère. Ces conclusions laissent donc tout le monde perplexe, d'autant que les tests toxicologiques menés sur les organismes de deux victimes n'ont pas non plus révélé la présence de somnifère.

>> A LIRE AUSSI : L'usine Teva inspectée

L'affaire classée. La justice a donc tranché vendredi en classant l'affaire sans suite. De son côté, le laboratoire Teva devrait pouvoir interrompre son grand inventaire : depuis deux semaines, il ouvrait et examinait, une à une, les boîtes des lots suspects, à raison de 700 boîtes par jour. Pour l'instant 9.000 ont été ouvertes, sans que l'on y trouve autre chose que le diurétique attendu.