Furosémide : notre expert vous dit tout

  • A
  • A
Furosémide : notre expert vous dit tout
@ Europe1
Partagez sur :

Jean-François Lemoine, consultant santé d’Europe 1, veut rassurer les patients.

La découverte de somnifères en lieu et place du diurétique Furosémide du laboratoire Téva a conduit au rappel de 190.000 boîtes de ces comprimés "par mesure de précaution". Cette inversion qui pourrait être liée à deux décès et un "cas grave", selon l’Agence du médicaments, soulève de nombreuses questions. Jean-François Lemoine, consultant santé d’Europe 1, y répond.

>> A LIRE AUSSI : Furosémide Téva : les dernières infos

Peut-on parler d’un scandale ?  "On parle de méprise mortelle. Méprise, oui, mortelle, non, c'est très exagéré. On ne peut pas mourir en prenant ce somnifère-là, en une prise. Ce n'est absolument pas prouvé. Donc, parler de  "scandale", c'est exactement ce qu'il ne faut pas dire sur cette affaire. 

Il y a quand même des décès... "J'entendais le témoignage de cette personne d'une centaine d'années : lui donner un somnifère ne va rien arranger mais, une journée ou deux, ça ne va pas aggraver. Ce sont des médicaments assez anodins. Il faut rassurer les gens car des millions de Français prennent ce diurétique. Moi-même, j'en prends. Avaler un diurétique à la place d'un somnifère, ça vous gâche la nuit. Mais en l'occurrence, ça ne doit pas poser trop de problèmes."

Est-une erreur ou un acte de malveillance ? "L’acte de malveillance est possible, mais les deux médicaments qui ont été inversés ne sont pas censés être dangereux, donc ça peut être une erreur. Quand on fabrique des médicaments, on utilise un gros flacon et une inversion peut se produire, même si on peut penser qu'il y a des contrôles".

Faut-il avoir peur des médicaments prescrits ? "Il ne faut pas que cette affaire jette le trouble sur l'acte des médecins. Les pauvres, ils n'ont rien fait. La seule chose sur laquelle on peut réfléchir, c'est à propos des génériques. Au nom de l’économie, on nous a menti en nous disant que c'était la même chose. Or, la tolérance est de plus ou moins 20%, c'est énorme !"

Que préconisez-vous pour les médicaments génériques ? "Personnellement, je ne prescrirais pas de génériques pour des maladies où il faut des dosages précis, comme l'épilepsie ou les problèmes de tyrrhoïde. En revanche, pour l'aspirine, les antibiotiques, il n’y a pas de problème".