Furosémide : le mystère perdure

  • A
  • A
Furosémide : le mystère perdure
@ MaxPPP
Partagez sur :

LES DERNIERES INFOS - Aucun dysfonctionnement n'a été relevé dans l'usine de Sens, selon l'ANSM.

Erreur de conditionnement ou acte de malveillance ? Rien ne permet pour l’instant d’expliquer précisément pourquoi des somnifères ont pris la place de diurétiques dans des boîtes de médicaments Furosémide, causant la mort d’au moins un patient. Par mesure de précaution, l’ensemble des 190.000 boîtes de Furosémide produits par les laboratoires ont été rappelés. Le point sur les faits. 

A LIRE AUSSI : Furosémide : la "non prise" du médicament fatale ?

La situation sur le plan sanitaire.  Après le décès d’un nonagénaire dimanche à Marseille, deux nouveaux cas, dont un décès, en relation avec l'erreur de conditionnement du diurétique Furosémide de Teva, ont été signalés lundi à l'Agence du médicament (ANSM). Le décès le 4 juin dans un hôpital drômois d'une octogénaire qui, selon ses proches, aurait ingéré des comprimés du diurétique Furosémide, fait ainsi l'objet d'une enquête diligentée par le parquet de Privas, dans la Drôme. A Tours, c'est une femme de 73 ans qui est hospitalisée en réanimation pour des complications, à la suite de la prise de Furosémide. L'ANSM a reconnu que des signalements "affluent de toutes parts", avec des cas concernant généralement des personnes âgées.

En outre, on apprenait  mardi auprès de  l'Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne qu'un septuagénaire traité par le diurétique Teva avait été hospitalisé pour somnolence lundi à l'hôpital de Joigny (Yonne), ce qui porterait à cinq le nombre total de cas suspects.

>> A LIRE AUSSI :  Teva : des problèmes de qualité déjà soulevés

A quoi sert le Furosémide ? Les diurétiques, tel le Furosémide de Teva, sont en général prescrits dans des cas d'hypertension artérielle et d'oedèmes d'origine cardiaque, rénale ou hépatique.

diurétique médicament laboratoire Teva

© MAXPPP

Où en est l’enquête ? Les investigations ont déterminé que certains comprimés du diurétique avaient été remplacés par des somnifères sur deux lots (Y175 et Y176), comptant 190.000 boîtes, retirées du marché à partir de vendredi soir.  Mais l’origine de cette inversion reste pour l’instant inconnue. Selon les laboratoires Teva, quelques centaines de boîtes sont concernées par cette affaire. Dans ces lots mis en cause, au total, sur la trentaine de diurétique présents dans chaque boîte, seuls 3 à 4 comprimés de somnifères ont été retrouvés.

>> A LIRE AUSSI : Furosémide : l’usine Teva inspectée

Quels résultats pour l’inspection ? L'ANSM a entamé lundi après-midi une inspection sur le site du laboratoire Teva à Sens, dans l'Yonne, pour "trouver l'origine" de cette erreur de conditionnement. Elle a pris fin mardi. "Les quatre inspecteurs n'ont pas identifié de défaut ni dans l'organisation, ni dans les pratiques, ni dans l'équipement de l'usine", a indiqué l'ANSM. "Les comprimés de furosémide proviennent de Hongrie et sont mis en plaquettes et en boîtes  dans cette usine" tandis que le somnifère "zopiclone provient d'Espagne", a en outre indiqué l'ANSM.

Que doivent faire les patients ? Le rappel de tous les lots de Furosémide 40 mg du fabricant israélien Teva, numéro un mondial des médicaments génériques, a été pris par "mesure de précaution". Les patients traités avec ce diurétique "doivent se rendre dès que possible à leur pharmacie" pour que les pharmaciens leur remettent du Furosémide non fabriqué par Teva, afin que leur traitement diurétique soit poursuivi.

>> Rappel de l'ensemble des lots de Furosémide

Les pharmaciens sont même invités à entrer en contact avec les patients concernés. Un numéro vert, ouvert au public 24h/24, a été ouvert par les laboratoires Teva à la demande de l’ANSM : 0800 51 34 11.