Furosémide : la "non prise" du médicament fatale ?

  • A
  • A
Furosémide : la "non prise" du médicament fatale ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

Des boîtes d'un lot rappelé ont été trouvées chez un nonagénaire décédé. Une enquête a été ouverte.

L'INFO. Une enquête a été ouverte samedi soir après la mort d'un nonagénaire marseillais. Ce dernier aurait absorbé pendant plusieurs jours un somnifère Teva, alors qu'il pensait prendre un diurétique, le Furosémide. Deux lots de ce médicament font l'objet d'une mesure de rappel à la suite d'une erreur de conditionnement, les cachets de diurétique pouvant avoir été remplacés par des somnifères. Le site de production du médicament, va être passé au crible par les enquêteurs lundi.

>>> Que sait-on de la mort du nonagénaire marseillais ?

Mort d'un œdème pulmonaire. Le vieillard, âgé de 91 ans, est mort à son domicile du 7ème arrondissement de Marseille, des suites d'un œdème pulmonaire. Après la découverte à son domicile d'emballages entamés issus d'un des deux lots de médicaments du laboratoire Teva rappelés, une enquête a été confiée aux policiers de la Sûreté de la Sécurité publique de Marseille.

Une autopsie attendue. Une autopsie doit être pratiquée lundi.  "Seule l'autopsie permettra de déterminer avec certitude" s'il a pris en dernier lieu le diurétique issu d'un mauvais lot, pouvant contenir un somnifère. Des boîtes conformes ont, en effet, également été retrouvées chez le nonagénaire.

L'origine de l'œdème ? "La non-prise du diurétique (Furosémide Teva 40 mg, ndlr) peut être à l'origine de l'oedème pulmonaire aigu", a annoncé dimanche le procureur de la République à Marseille. D'après les déclarations de l'infirmière qui lui administrait ce médicament deux fois par jour en raison d'une insuffisance cardiaque grave, "il semblerait que l'une des boîtes d'un lot mal conditionné", pouvant contenir non pas le diurétique mais un somnifère, ait été utilisée depuis une semaine. Les diurétiques sont prescrits dans des cas d'hypertension artérielle et d'oedèmes d'origine cardiaque, rénale ou hépatique, l'arrêt brutal du traitement présentant des risques avérés.

>>> Quels sont les lots de médicaments concernés ?

Une procédure de rappel lancée. Vendredi, l'Agence du médicament (ANSM) avait alerté sur une procédure de rappel concernant deux lots d'un diurétique du laboratoire Teva. "A la suite d'un problème de conditionnement de boîtes de Furosémide Teva 40 mg, médicament diurétique, certains comprimés ont pu être remplacés par des comprimés d'un somnifère (Zopiclone également appelé Imovane)", avait indiqué l'ANSM dans un communiqué. C'est un pharmacien qui a découvert l'erreur, après avoir constaté "des effets de somnolence inhabituels" chez l'une de ses patientes.

Deux lots concernés. Il s'agit des lots Y175 (date d'expiration: 08/2015) et Y176 (date d'expiration: 08/2015), soit19.000 boîtes incriminées, a précisé l'Agence du médicament. La vente de ces lots a été bloquée dès vendredi soir. Selon un porte-parole de Teva, interrogé dimanche par l'AFP, l'erreur de conditionnement concernerait seulement "quelques dizaines de boîtes".

Un numéro vert mis en place. L'Agence du médicament, qui a mis en place un numéro vert (0800.51.34.11), invite les patients à interrompre leur traitement et à ramener les plaquettes dans leur pharmacie qui leur remettra une nouvelle boîte de traitement".