Françoise Meyers-Bettencourt a "rompu" le pacte

  • A
  • A
Françoise Meyers-Bettencourt a "rompu" le pacte
L'entourage de Liliane Bettencourt accuse la fille de la milliardaire de ne pas avoir respecté les conditions imposées par l'accord.@ MAXPPP
Partagez sur :

L’entourage de Liliane Bettencourt insiste sur la responsabilité de la fille.

Depuis mercredi, on sait que les deux femmes sont reparties dans une bataille familiale. Jeudi, l'entourage de Liliane Bettencourt a clairement rejeté la faute sur la fille de l'héritière de L'Oréal, Françoise Meyers-Bettencourt. Les proches de la milliardaire estiment en effet que les différents accords conclus le 6 décembre 2010 ne sont pas respectés. "Françoise Bettencourt-Meyers a rompu le pacte, en déposant une requête allant à l'encontre des accords signés le 6 décembre entre sa mère et elle", a expliqué jeudi l'entourage de Liliane Bettencourt.

La fille de l’’héritière de l’Oréal a en effet déposé mardi une requête devant la juge des tutelles de Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine, pour obtenir des éclaircissements sur la gestion "très entreprenante" de son patrimoine par l'avocat et protecteur de Liliane Bettencourt, Me Pascal Wilhelm.

"Confusion" autour de Me Wilhelm

Six mois après leur très médiatique réconciliation, la mère et la fille se déchirent désormais sur plusieurs points envisagés par des accords pourtant âprement négociés. Les deux parties s’étaient notamment entendues sur la mise en place, si besoin, d'un mandat de protection future géré par Me Wilhelm. Mais la requête adressée mardi par Françoise Bettencourt-Meyers dénonce une "confusion" dans cette conjonction entre l'exercice du métier d'avocat et sa qualité de mandataire depuis janvier.

Concernant "la gestion très entreprenante du patrimoine de Liliane Bettencourt" dénoncée par l'avocate de la fille Bettencourt, l'accord prévoyait que "les actifs du périmètre personnel de Liliane Bettencourt seraient exclusivement gérés par cette dernière avec l'assistance de son mandataire sans ingérence directe ou indirecte de quelque nature que ce soit". Françoise Bettencourt-Meyers s'engageait également à ne pas contester les décisions de sa mère.