François-Marie Banier, le dandy

  • A
  • A
François-Marie Banier, le dandy
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le photographe, accusé d'abus de faiblesse, est un ami de longue date de Liliane Bettencourt.

Figure du Tout-Paris et photographe des stars, François-Marie Banier est accusé par Françoise Bettencourt-Meyers d’avoir profité de la fragilité de sa mère, Liliane Bettencourt. Selon elle, c’est ainsi qu’il aurait obtenu près d’un milliard d’euros de la part de la femme la plus riche de France, entre 1990 et 2007.

"Le bouffon de la reine"

Ami depuis plus de 20 ans de Liliane Bettencourt, François-Marie Banier, aujourd’hui âgée de 63 ans, était son confident. Il a beaucoup voyagé avec elle, en jet, à travers le monde.

D’après Dominique Gauthier, un ancien chauffeur de la famille interrogé par Europe 1, "il faisait tout pour attirer l’attention de Madame". Un comportement qui lui a valu un surnom très révélateur : "On l’appelait le bouffon de la reine. Madame Bettencourt était très friande de potins sur la jet-set".

L’ami des stars

Photographe mondain résidant à Saint-Germain-des-Prés, François-Marie Banier a fréquenté de nombreuses personnalités, comme Samuel Beckett, Isabelle Adjani, Caroline de Monaco, le comédien Pascal Greggory, Pierre Bergé ou Pierre Cardin.

Caroline de Monaco et François-Marie Banier 630x420

© MAXPPP

Egalement écrivain, il a côtoyé les plus grands intellectuels, comme Louis Aragon ou François Mauriac. Décrit comme un dandy séduisant et distrayant, il a aussi joué dans des seconds rôles au cinéma – il figure au casting de L’Heure d’été d’Olivier Assayas – et s’est essayé à la peinture. Plus d’une trentaine d’expositions ont été consacrées à son travail de photographe, et ce dans le monde entier.

"Abus de faiblesse"

Les dons dont a bénéficié François-Marie Banier lui ont été légués sous forme de chèques, d’assurances-vie, de tableaux de Picasso, de Matisse ou de Mondrian.

Accusé d’avoir soutiré 993 millions d'euros à Liliane Bettencourt, propriétaire d’un tiers de L’Oréal, François-Marie Banier encoure jusqu’à trois ans de prison et 375.000 euros d’amende. Il a toujours nié, se disant victime de calomnies.