Français retenus au Qatar : une information judiciaire ouverte

  • A
  • A
Français retenus au Qatar : une information judiciaire ouverte
@ MAXPPP
Partagez sur :

INFO E1 - La justice a ouvert une information judiciaire à la suite de plaintes déposées par deux Français retenus au Qatar contre leur gré.

La justice fait un pas important dans l'affaire des "séquestrés du Qatar". Le calvaire de ces Français retenus contre leur gré à la suite d’un conflit avec leurs employeurs ou leurs associés qatariens est enfin reconnu par la justice. Leur avocat, Me Frank Berton, a en effet annoncé que le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire à la suite de plaintes déposées par deux de ces "otages" Français. Une autre plainte doit être déposée très prochainement. Si ces trois Français ont d'ores et déjà obtenu un visa de sortie, ils souhaitent donc toutefois poursuivre leur combat, mais devant la justice.

Où en est la situation ? Au total, quatre Français étaient retenus au Qatar en raison de différends avec leurs employeurs qatariens respectifs. Parmi-eux, Zahir Belounis, un footballeur franco-algérien et Nasser Al Awartany, un homme d’affaires franco-jordanien. Après après obtenu leur visa de sortie, les deux hommes ont finalement pu quitter le territoire et revenir en France, en décembre dernier. Stéphane Morello, coach de 52 ans a lui aussi obtenu un visa pour quitter le Qatar. Il devrait revenir en France prochainement. Jean-Pierre Marongiu, un entrepreneur détenu au Qatar à la suite de déboires judiciaires, reste donc le seul Français bloqué pour une durée encore indéterminée.

Des proches de l'Emir soupçonnés de séquestration. L'ouverture de l'information judiciaire fait suite aux plaintes du joueur de football Zahir Belounis et de l'homme d’affaire Nasser Al Awartany. Les deux hommes ont déposé plainte contre deux dignitaires du régime, l’actuel ministre de la Défense, Hamad Bin Ali Al Attiyah, et un cousin de l’Emir, Jassim Thani Jassim Al Thani. Ces proches de l’Emir du Qatar sont soupçonnés d’être à l’origine de la séquestration des deux ressortissants français. Un juge d’instruction du tribunal de Paris a donc ouvert une information judiciaire pour "escroquerie, abus de confiance, extorsion de fonds et conditions de travail contraires à la dignité humaine", selon Me Berton.

Une plainte contre l'Emir en personne. Une troisième plainte visant l’Emir du Qatar lui-même doit être déposée la semaine prochaine par Stéphane Morello, l'entraineur de football. Il attaque pour les mêmes fait d’escroquerie et d’extorsion de fonds, son employeur de l’époque, le Sheikh Tamin Ben Hamad Al-Thani, président du comité olympique du Qatar, devenu depuis le chef du puissant émirat.

"Peu importe les conséquences diplomatiques". Une affaire qui risque de troubler les relations entre la France et le Qatar, qui possède le PSG depuis peu et qui investit en masse dans les banlieues. Mais l'avocat des victimes retenus au Qatar contre leur gré estime que les conséquences diplomatiques ne doivent pas peser dans la balance. "Peu importe les conséquences diplomatiques, la justice française doit enquêter de façon indépendante" sur les agissements dont ont été victimes ces Français au Qatar, conclut Me Breton.

"Je veux que justice soit faite". Le joueur de football Zahir Belounis se dit, pour sa part, très satisfait de l'ouverture de l'information judiciaire. "Quand mon avocat m'a annoncé que c'était fait, que l'instruction était ouverte, j'étais vraiment heureux, parce que je veux que justice soit faite. On a essayé de me dire d’abandonner, j'ai reçu des menaces, mais maintenant on va se battre jusqu'au bout", assure-t-il au micro d'Europe 1.

"Ça va déranger mais je ne peux pas me taire". S'il a conscience que ces poursuites peuvent mettre à mal les relations diplomatiques entre la France et le Qatar le joueur de football estime que l'important reste la justice. "J'attaque le président du club, ceux qui m'ont retenu injustement, c'est certainement problématique pour la diplomatie. Mais qu'est-ce-que je dois faire ? Me taire et passer à autre chose ? On m'a fait énormément de mal, on m'a ruiné, je dois aujourd’hui me reconstruire. J'ai ma famille qui a énormément souffert. Je ne peux pas me taire. Ça va déranger, mais je me dis que notre justice est une justice impartiale et qu'ils seront objectifs", espère-t-il.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

LES FAITS - Bloqué au Qatar pour avoir porté plainte

ZOOM - Le cri de colère des épouses

TEMOIGNAGE E1 - "M. Hollande, appelez l'émir"

NOUVELLES - Un coach et un joueur français bientôt de retour