Foot : Hollande maintient la taxe à 75%
Foot : Hollande maintient la taxe à 75%

FOOT - Les clubs professionnels seront soumis à la taxe à 75%. L'appel à la grève est maintenu.

Comme attendu, le président de la République a décidé de ne pas faire d'exception dans la taxation à 75% frappant les revenus supérieurs à un million d'euros par an. Les clubs de football professionnel, comme les autres entreprises, seront amenés à payer cet impôt. "La nécessité de redresser les comptes publics justifie pleinement cet effort demandé aux entreprises qui font le choix de verser des rémunérations annuelles d'un tel niveau", souligne le communiqué de l'Elysée, tombé une heure et demie après le début de la réunion entre François Hollande et les représentants du football professionnel, jeudi après-midi.

Grève maintenue le dernier week-end de novembre

Cette réunion "a conduit le chef de l'Etat à rappeler les fondements de la taxe exceptionnelle de 75% sur les hautes rémunérations qui s'appliquera, pendant deux ans, à toutes les entreprises concernées". Les clubs pros, qui attendaient beaucoup de ce rendez-vous avec le chef de l'Etat, n'ont pas tardé à exprimer leur mécontentement.

Et Jean-Pierre Louvel, président de l'Union des clubs de football professionnel (UCPF), a confirmé que la grève annoncée pour le dernier week-end de novembre (15e journée de Ligue 1 avec notamment PSG-Lyon et 16e de Ligue 2) était plus que jamais d'actualité.

"Nous maintenons nos positions, nous suspendons toujours notre participation à la commission Glavany (dite du football "durable", ndlr) et nous maintenons notre journée blanche (sans foot en L1 et L2, ndlr) pour le dernier week-end de novembre", a affirmé Louvel, qui est également président du Havre, qui évolue en Ligue 2. Les clubs pros espéraient des aménagements à la loi, comme la non-rétroactivité, c'est-à-dire ne payer l'impôt sur les futurs contrats des joueurs.

Pour Vincent Labrune, interrogé par Europe 1, le combat continue :

Le Graët : "je préfère que l'on joue au foot"

"Je pense qu'il y a encore de l'espace pour discuter et se revoir", a estimé le président de la Fédération française de football (FFF) Noël Le Graët, qui a dit préféré que l'on "joue au foot" le dernier week-end de novembre. "Chaque club a pu exposer ses difficultés et essayé de démontrer que la taxe était injuste et difficile. Le président de la République est resté inflexible. Il a considéré que le texte voté ne pouvait pas être aménagé. Il a écouté, c'est important, mais il est extrêmement ferme et décidé à appliquer la taxe."

La fin de non-recevoir du président Hollande n'est pas une surprise. Après la volte-face fiscale sur l'écotaxe et la taxation de l'épargne, le gouvernement avait multiplié les messages de fermeté sur cette taxe à 75% sur les hautes rémunérations, avant même la rencontre de jeudi.

Sur le même sujet

POLITIQUE - Taxe à 75% : l'Elysée n'entend pas céder

SONDAGE - Pour les Français, c'est aux joueurs de payer

DECRYPTAGE - Un club de foot, une entreprise à part

HISTOIRE - Quand Domenech faisait grève en 1972