Fiona : une deuxième journée de fouilles, sans résultat
C'est en larmes que la mère de Fiona, la petite fille disparue, avait demandé de l'aide à tous les Clermontois. © MAXPPP

L'ESSENTIEL - La couple a été mis en examen jeudi. Les fouilles avaient repris vendredi après-midi en présence du beau-père.

• LES DERNIÈRES INFOS

- La mère et le beau-père de Fiona ont avoué la mort de la fillette
- La mère parle de coups mortels, le beau-père d'un accident
- Les recherches du corps de Fiona vendredi n'ont rien donné
- La mère et le beau père ont été mis en examen et placée en détention

• LES AVEUX

13.05 fiona.clermont.jpg

© DR

Le couple Bourgeon-Maklouf a avoué mercredi : la petite Fiona n'a pas disparu mystérieusement comme ils l'ont prétendu pendant des mois. Cécile Bourgeon a avoué aux enquêteurs que l'enfant était morte accidentellement sous les coups de son beau-père lors d'une soirée arrosée dans la nuit du 11 au 12 mai dernier. Une version que conteste Berkane Maklouf, le beau-père, qui est lui aussi passé aux aveux, mais réfute toute responsabilité dans la mort de Fiona, dont le corps aurait été enterré dans les environs de Clermont-Ferrand, à "la lisière d'une forêt".

• LA RECHERCHE DU CORPS

Les nouvelles recherches effectuées vendredi pour retrouver le corps de Fiona autour d'Aydat, dans le Puy-de-Dôme, au sud de Clermont-Ferrand, n'ont rien donné.  Il n'est pas prévu pour l'instant d'en entreprendre de nouvelles, a-t-on précisé de même source. Des fouilles s'étaient déjà avérées infructueuses jeudi.

© MAXPPP

Selon les indications de la mère, le couple aurait enterré le corps dénudé de Fiona à la lisière d'une foret, en présence d'Eva, sa petite sœur de deux ans. Un acte réalisé sans grande précaution, "comme si on n'était pas tout à fait conscient de ce que l'on faisait", aurait expliqué la mère au enquêteurs, selon les informations d'Europe 1.

• LE TEMPS DE LA JUSTICE

Jeudi dans la soirée, Cécile Bourgeon été mise en examen par le juge d'instruction pour quatre délits : non assistance à personne en danger, recel de cadavre, dénonciation mensongère d'un crime et modification d'une scène de crime. L'ensemble de ces faits est passible de 5 ans de prison. Elle a également été placée en détention provisoire.

Berkane Maklouf a pour sa part été mis en examen pour "coups et blessures volontaires ayant provoqué la mort sans intention de la donner", sur mineure de moins de 15 ans et par personne ayant autorité. Le crime est passible de trente ans de réclusion. Pour avoir négligé de prévenir les secours puis enterré le corps, aux côtés de Cécile Bourgeon, il est également poursuivi pour "non assistance à personne en danger" et "recel de cadavre". Il a lui aussi été écroué.

© MAXPPP

• L’ENQUÊTE

Selon le procureur de Clermont-Ferrand, les enquêteurs se sont concentrés sur "deux pistes" dès le 12 mai, lorsque Cécile Bourgeon leur a raconté que Fiona avait disparu dans un parc alors qu'elle-même, enceinte de six mois, s'était assoupie sur un banc. Vérifiant la piste "d'un prédateur", ils ont aussi envisagé très vite la "piste familiale", plaçant sur écoute la famille de Fiona et tous ses proches. Dès "le mois de juin", ils avaient décidé d'interpeller le couple, mais ils ont différé ces arrestations en raison de la grossesse de Cécile Bourgeon, qui a accouché de son troisième enfant fin août. Le couple a finalement été placé en garde à vue mardi à Perpignan, où il a déménagé depuis le drame.

• DEUX VERSIONS DIVERGENTES

Cécile Bourgeon accuse son compagnon d'avoir frappé mortellement la fillette lors d'une soirée arrosée entre amis la veille ou l'avant veille du 12 mai, jour où la mère de famille a signalé la disparition de Fiona. "Cécile Bourgeon nous dit que dans la nuit du 11 et 12 mai, son compagnon a porté un coup à Fiona, qui a eu pour effet de provoquer un important hématome autour de l’œil et sur le côté de la tête, que pendant la nuit, Fiona a vomi à plusieurs reprises, et que le lendemain matin, elle a été retrouvée morte dans son lit", a confié le procureur de la République Pierre Sennès.

© MAXPPP

Berkane Maklouf, père du troisième enfant de Cécile Bourgeon né fin août, conteste ce scénario. Selon lui, l'enfant s'est étouffée dans son vomi. "Ils l'ont trouvée le matin dans cet état et ont paniqué", a expliqué Me Xavier Capelet, son avocat. La petite avait l'habitude de se faire vomir, pour imiter les nausées de sa mère enceinte ou en se plaignant de maux de ventre, a affirmé le beau-père aux policiers. Le soir du drame, il l'aurait réprimandée, lui interdisant de se faire vomir et d'aller aux toilettes, et lui aurait donné une fessée, alors que Cécile Bourgeon était couchée. Le couple, divergeant un instant sur l'opportunité de prévenir la police, aurait finalement mis le corps dans un sac, placé dans le coffre de leur voiture, avant d'enterrer la fillette "à la lisière d'une forêt", nue et en présence de sa petite sœur. "Ils ont convenu tous les deux de faire disparaitre le corps de Fiona", a abondé le procureur de la République.

• LA COLÈRE DES PROCHES

Le comité de soutien de Fiona qui s'était fortement mobilisé après la disparition de la petite fille de 5 ans le 12 mai dernier, en participant à des recherches et en organisant des rassemblements s'est dit "écœuré" tôt jeudi matin. "D'apprendre aujourd'hui ce qu'on vient d'apprendre, c'est inhumain. On est retournés, c'est pas possible ce qu'ils viennent d'avouer", s'est indigné Stéphane Pozo, membre du groupe de soutien "Tous ensemble toujours là pour Fiona" au micro d'Europe 1.

-----------------------------------------------------

>> A LIRE AUSSI :

ZOOM - Retour sur les mensonges de la mère

DECRYPTAGE - Fiona, Typhaine : la mécanique du mensonge

• Fiona a été enterrée près de Clermont

• Les aveux de la mère et du beau-père de Fiona

• TEMOIGNAGE E1 - Mort de Fiona : "c'est monstrueux"

• TEMOIGNAGE E1 - Quand la mère avait "besoin d'aide"

• ZOOM - Quand les parents sont suspectés d’un crime

• ZOOM -Comment les enquêteurs ont démasqué les parents ?