Fin de la garde à vue de Villepin

  • A
  • A
Fin de la garde à vue de Villepin
@ MAX PPP
Partagez sur :

L'ex-Premier ministre pourrait toutefois être à nouveau entendu dans l'affaire Relais & Châteaux.

Dominique de Villepin a finalement été entendu mardi dans l'affaire Relais & Châteaux. Une audition qui intervient trois mois après la demande de l'avocat de Régis Bulot. Me Michaël Santelli, chargé de défendre l'ancien président de l'association mis en examen pour escroquerie et blanchiment d'argent, avait en effet réclamé l'audition de l'ancien Premier ministre. Sa garde à vue s'est achevée, mardi après-midi, à Paris, alors qu'il clame une nouvelle fois son innocence. Mais Dominique de Villepin pourrait être à nouveau entendu prochainement à Strasbourg.

Interrogé sur "son intervention" en faveur de Régis Bulot

L'ex-ministre des Affaires étrangères était entendu sous le régime de la garde à vue, dans le cadre de cette affaire Relais & Châteaux, un dossier de surfacturations instruit à Strasbourg, selon les informations du Monde. Dominique de Villepin devait "s'expliquer sur son intervention" en faveur de son ami Régis Bulot auprès de la nouvelle direction de Relais et Châteaux, a indiqué mardi le vice-procureur de Strasbourg, Brice Raymondeau-Castanet.

"Il est en garde à vue car on exige de lui des explications, mais ce sont des faits assez simples", a précisé le magistrat. Ultérieurement, il est "probable" que le juge d'instruction en charge de ce dossier demande à entendre Dominique de Villepin à Strasbourg, a-t-il ajouté en précisant qu'il reviendra au juge de décider sous quel statut il entendra l'ancien ministre: simple témoin, témoin assisté ou mis en examen.  

11.09 Audition de Villepin à Paris. 930620

© PIERRE DE COSSETTE/EUROPE 1

Dominique de Villepin est un proche de l'ancien président de Relais & Châteaux Régis Bulot, 64 ans, mis en examen pour abus de confiance, escroquerie en bande organisée et blanchiment. Ce dernier est notamment soupçonné d'avoir détourné entre 2002 et 2008 1,6 million d'euros, reversés en liquide par des fournisseurs à qui des prestations avaient été surfacturées. Il aurait également mis en place des "nuitées gratuites", qui auraient pu bénéficier à des hommes politiques. En janvier 2010, Dominique de Villepin aurait déjeuné avec Jaume Tapies, l'actuel président de Relais & Châteaux, pour le dissuader d'ébruiter l'affaire. Des conversations téléphoniques laissent également penser que l'ancien Premier ministre avait fait pression sur les nouveaux dirigeants de l'association.

"J'ignorais tout du fond de l'affaire"

L'ex-Premier ministre a une nouvelle fois protesté de son innocence mardi. Lors de cette audition par les gendarmes à Paris, "j'ai pu ainsi redire sereinement, simplement et dans le cadre normal de la procédure que je ne suis en rien impliqué dans le déroulement de cette triste affaire qui touche l'un de mes amis", a affirmé Dominique de Villepin dans un communiqué.

En décembre 2011, l'ancien Premier ministre avait déjà nié toute intervention dans ce dossier. "Je n’ai en aucun cas tenté d'influer sur un dossier judiciaire dont je ne savais rien. J'ai simplement accepté de rencontrer ces responsables, à leur demande. Ils m'ont invité dans le cadre des bonnes relations que j'entretiens avec Relais & Châteaux. Je savais qu'il y avait un contentieux entre eux et mon ami Régis Bulot, mais j'ignorais tout du fond de l'affaire", avait-il assuré.

D'autres personnalités sont soupçonnées d'avoir bénéficié des faveurs de Régis Bulot, l'ancien président de Relais & Châteaux. Le cuisinier, Joël Robuchon, devrait être entendu prochainement, tout comme l'ancien ministre Xavier Darcos, soupçonné d'avoir bénéficié de nuitées gratuites.