Film anti-islam : 150 interpellations à Paris

  • A
  • A
Film anti-islam : 150 interpellations à Paris
Plus d'une centaine de personnes ont été interpellées devant l'ambassade des Etats-Unis et devant le ministère de l'Intérieur.@ REUTERS
Partagez sur :

Près de 150 personnes ont été interpellées dans l'après-midi devant l'ambassade américaine.

C'est la première fois que cela arrive dans une capitale occidentale. Quatre jours après l'indignation du monde arabe contre un film sur Internet et les violences qui s'en sont suivies, une manifestation non autorisée a eu lieu samedi après-midi devant l'ambassade américaine à Paris. Des musulmans, pour certains voilés, ont prié ensemble. Ils ont été évacués par la police en bus.

Selon la préfecture de police, un total de 150 personnes ont été interpellées puis conduites dans des commissariats pour vérification d'identité. Un ou deux manifestants ont été placés en garde à vue pour outrage et violences sur des fonctionnaires, a ajouté une source judiciaire.

manif-arrestation

Les réseaux sociaux en point de départ

La manifestation non déclarée, qui a réuni plus de 200 personnes selon la Préfecture de police, a débuté vers 16H30, "aux alentours de l'ambassade des Etats-Unis", a expliqué une source policière. Ils "ont été maintenus au niveau des Tuileries" mais "des petits groupes se sont ensuite éclatés" notamment en direction de la place Beauvau toute proche, adresse du ministère de l'Intérieur, où d'importantes forces de police étaient présentes, notamment en raison des Journées du patrimoine.

C'est un SMS, envoyé à des centaines de jeunes musulmans, qui serait à l'origine de ce rassemblement. Le message appelait à manifester contre le film parodique sur l'islam qui a déjà causé des troubles au Proche-Orient. Selon une source policière, des appels à manifester avaient été repérés dans la journée sur les réseaux sociaux, certains avec une "tonalité salafiste".

Le CFCM et la Mosquée de Paris réagissent

En début de soirée, une dizaine de personnes dont certains vêtus à la manière des Tablighs, restaient encerclées par les forces de l'ordre près de la place de la Concorde, tandis qu'une autre dizaine attendait qu'ils soient libérés, sans slogan ni banderole.

Le président du Conseil français du Culte musulman (CFCM) Mohamed Moussaoui a déploré cette manifestation et a appelé à "ne pas associer l'ensemble des musulmans de France à des événements marginaux comme celui-ci". Le recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, qui s'exprimait sur I-Télé, a jugé "assez grave" que des salafistes aient "réussi à mobiliser quelques centaines de personnes" à Paris.

"Nous vous rappelons que sont publiés sur le site les seuls messages respectant la charte des commentaires, qui bannit notamment les propos diffamatoires, racistes ou xénophobes. Merci de votre compréhension."