Feu vert pour la pêche en eaux profondes

  • A
  • A
Feu vert pour la pêche en eaux profondes
Partagez sur :

Les eurodéputés ont rejeté le projet d'interdire le chalutage en eaux profondes, réputé destructeur.

La forte mobilisation des militants écologistes n'aura rien changé. Les élus européens ont rejeté, à une très courte majorité, le projet d'interdire le chalutage en eaux profondes. Les eurodéputés ont toutefois adopté le compromis qui avait été dégagé par les membres conservateurs et socialistes de la commission de la Pêche du parlement. La pêche en eaux profondes sera davantage encadré pour protéger les écosystèmes les plus vulnérables. "Face à la pénurie croissante des ressources de la mer, la logique productiviste du toujours plus, plus loin, plus profond l'a emporté", a accusé l'eurodéputé vert français, Jean-Paul Besset.

750.000 signataires. Cette pêche est réputé très destructrice pour les fonds marins et accusée par ses détracteurs d'anéantir des écosystèmes marins fragiles tels que les bancs de corail. Sous l'impulsion de la militante pro-abysse Claire Nouvian, la campagne pour l'interdiction avait recueilli le soutien de quelque 750.000 signataires en France. Le pays est en en effet l'un des dernier, avec l'Espagne et le Portugal, à pratiquer cette pêche, très minoritaire et dénoncée comme non-rentable.

Six chalutiers appartiennent à Intermarché. Problème le chalutage en eaux profondes est farouchement défendu par les armateurs français. Comme l'expliquait le dessinatrice Pénélope Bagieu dans une BD s'opposant à ce type de pêche, le chalutage en eaux profondes est en effet dominé par l'armateur Scapêche, du distributeur Intermarché. Et l'industrie a livré bataille jusqu'au dernier moment pour maintenir son droit à cette pêche, invoquant des menaces sur jusqu'à 3.000 emplois.

123, sur le même sujet

L'INFO - Pétition contre le chalutage : 600.000 signatures
REACTION - Casino veut bannir les poissons issus de la pêche profonde