Fausse alerte à bord d'un vol Rio-Paris

  • A
  • A
Fausse alerte à bord d'un vol Rio-Paris
@ Capture écran JT France 2
Partagez sur :

Les 405 passagers du Boeing 747 ont dû faire escale à Recife. Ils sont arrivés à Paris lundi.

Le Boeing 747 d'Air France, assurant la liaison Rio de Janeiro-Paris avec 423 personnes à bord et qui a dû faire une escale forcée à Recife dans la nuit de samedi à dimanche à la suite d'une fausse alerte à la bombe, a atterri à Paris lundi. Visiblement fatigués mais soulagés, les passagers sont arrivés à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle aux environs de 11h30, soit plus de 24 heures après son arrivée prévue initialement.

Le soulagement chez les passagers

"On ne nous a hébergés dans un hôtel qu'à quatre heures du matin", s'est plaint un voyageur français. Mais, "je suis content d'être arrivé", a-t-il confié même s'il a déploré le manque d'informations à Recife. "C'est la police fédérale brésilienne qui ralentit les choses", a expliqué Anna-Maria Skinner, une Brésilienne qui dit "ne rien avoir à reprocher à Air France".

"La panique n'est venue qu'à l'aéroport de Recife quand la tension est redescendue et que nous avons réalisé", a expliqué un autre voyageur. "Il n'y a pas eu de panique à bord parce que le capitaine n'a pas annoncé l'alerte à la bombe tant que nous étions dans l'avion", a ajouté un autre passager.

Pas d'objet suspect

Le Boeing 747 d'Air France a été contraint à une escale forcée dans la nuit de samedi à dimanche à la suite d'une fausse alerte à la bombe. Le communiqué d'Air France précisait que "l'équipage du vol AF 443 Rio-Paris a été informé pendant le vol de croisière d'une menace de présence à bord d'un engin explosif". "Le commandant de bord a alors décidé d'atterrir à Recife pour procéder à l'inspection de l'avion", est-il précisé.

Les 405 passagers ont été hébergés dans des hôtels de Recife et des repas leur ont été proposés pendant que l'avion était inspecté par les autorités compétentes. Aucun objet explosif n'a été découvert. La police fédérale est intervenue sans trouver le moindre objet suspect.

C'est sur ce même trajet Rio-Paris qu'un Airbus A330 d'Air France s'est abîmé le 1er juin 2009, en plein Atlantique au large de Recife, avec 216 passagers et 12 membres d'équipage.