FACT-CHECKING - Les contre-vérités de Bernard Tapie

  • A
  • A
FACT-CHECKING - Les contre-vérités de Bernard Tapie
@ i>TELE / Philippe Mazzoni
Partagez sur :

Nous avons passé au crible les arguments de l’homme d’affaires après son interview événement, mercredi, sur Europe 1.

L’INFO. Il tenait à mettre les choses au clair, quelques heures après la saisie d’une partie de ses biens par la justice. Sur les plateaux d’Europe1-i>Télé  puis de TF1 mercredi soir, l’homme d’affaires Bernard Tapie s’est toutefois livré à quelques écarts avec la vérité. Revue de détails des approximations de l’acteur et ancien ministre de la Ville.

>> A LIRE AUSSI : Tapie : la justice saisit une partie de ses biens

"Tous mes biens ont été saisis". FAUX. En réalité, les juges d’instruction ont demandé la saisie de seulement deux biens de l’homme d'affaires, à savoir son hôtel particulier de la rue des Saint-Pères à Paris et sa villa de Saint-Tropez, achetée pour 48 millions d’euros en 2011. Bernard Tapie ne peut plus les vendre ou les hypothéquer mais peut toujours y vivre. Sur le plan financier, les juges ont demandé le gel de trois assurances-vie, dont deux sont en France et une au Luxembourg, pour un montant total de 200 millions d’euros.



Bernard Tapie : "La mise en examen a été faite...par Europe1fr

 "Je ne peux plus payer un chèque de dix euros". FAUX. L’ancien ministre, qui a également déploré dans les couloirs d’i>Télé ne "peut plus avoir de carte bancaire" s’est emmêlé les pinceaux dans sa défense, car les juges n’ont demandé la saisie par commission rogatoire internationale que des six comptes de Bernard Tapie situés à Monaco. L’homme d’affaires possède par ailleurs une dizaine d’autres comptes, la plupart domiciliés en France et qu’il peut encore utiliser à sa guise.

 >> A LIRE AUSSI : Que possède Bernard Tapie ?

Le risque de voir "3.000 personnes au chômage".  FAUX. Bernard Tapie a évoqué sur TF1 la menace pesant sur les salariés des journaux du groupe Hersant, dont il a récemment fait l’acquisition. Selon l’homme d’affaires, il ne pourrait désormais plus y injecter de l’argent frais. C’est faux, car les comptes de Bernard Tapie n’étant pas bloqués, il peut parfaitement mettre la main à la poche s’il le désire.

>> VIDEO : Bernard Tapie : "3.000 personnes au chômage"

De plus, contrairement à ce beaucoup ont écrit ou dit, les juges n’ont pas encore ordonné à ce stade la saisie des parts de Bernard Tapie dans le groupe de presse. Ils l’ont envisagé mais ont dû affronter, selon les informations d’Europe 1, les réticences de l’agence de gestion des avoir saisis et confisqués (AGRASC) en raison de la complexité juridique d’une telle procédure.

Les arguments de Bernard Tapie passés au crible :



Les derniers rebondissements de l'affaire Tapiepar Europe1fr

"On exécute les gens avant qu’ils soient condamnés". FAUX. Evoquant la mesure de saisie prise à son encontre, Bernard Tapie a estimé qu’on lui appliquait un traitement habituellement réservé "aux trafiquants de drogue". Dans les faits, la loi de 2010 à laquelle il fait référence facilite ce type de saisie. Si elle est effectivement souvent utilisée contre les trafiquants de drogue, elle a également cours dans les affaires de grands banditisme ou les escroqueries financières. C’est une procédure régulièrement employée qui ne revêt pas de caractère exceptionnel.

>> VIDEO : Bernard Tapie : "exécuté avant d'être condamné"

Une contestation ? "Cela va de soi. Dès aujourd'hui". FAUX. Prétendant avoir pris connaissance des saisies mercredi, et annonçant son intention de contester les mesures prises à son encontre, Bernard Tapie ment. En réalité, selon les informations recueillies par Europe 1, il a fait appel dès lundi de toutes les ordonnances des juges.  

>> VIDEO : Bernard Tapie : "Nous allons contester"

Une saisie sous la pression de Moscovici ? FAUX. Contrairement à ce qu’a sous-entendu Bernard Tapie sur le plateau de TF1 mercredi soir, le ministre de l’économie Pierre Moscovici n’a pas donné d’instruction à la justice. Lors d’une interview sur BFM TV le 2 juillet dernier, Pierre Moscoci a parlé de l’Etat, en tant que personne morale, qui est représenté dans la procédure judiciaire contre Bernard Tapie par une batterie d’avocats qui ont le droit de suggérer des actes de procédure aux juges…de la même manière que les avocats de Bernard Tapie peuvent eux aussi suggérer des actes de procédures aux juges.

Bernard Tapie au détecteur de mensonges :



Tapie au détecteur de mensongepar Europe1fr