Evasion de Redoine Faïd : deux hommes mis en examen

  • A
  • A
Evasion de Redoine Faïd : deux hommes mis en examen
@ Max PPP
Partagez sur :

LE POINT SUR L'ENQUETE - Les enquêteurs cherchent d’éventuelles complicités internes au sein de la prison de Sequedin. 

L’enquête. La police judiciaire poursuit son enquête sur l'évasion spectaculaire de Rédoine Faïd, le 13 avril dernier. Le braqueur avait fait exploser quatre portes de la prison de Sequedin (Nord), en retenant en otage, quatre surveillants, avant de prendre la poudre d’escampette. Vendredi, deux hommes ont été mis en examen pour complicité d'évasion et association de malfaiteurs.

Un détenu et son frère écroués. Ce sont les premières mises en examen dans cette enquête. Il s'agit d'un détenu et de son frère qui ont tous les deux été placés en détention provisoire. Jeudi matin, deux surveillants de la prison de Sequedin ont été placés en garde à vue. Un autre surveillant, placé en garde à vue mercredi, est, selon les informations d'Europe 1, soupçonné de complicité active dans cette affaire. Ces trois personnes étaient toujours en garde à vue vendredi. 

Des interrogations. Les enquêteurs s'interrogent sur les complicités dont a pu bénéficier Redoine Faïd lors de son évasion, aussi bien parmi les détenus que chez les surveillants de la prison de Séquedin. Les policiers de la PJ veulent comprendre comment Redoine Faïd a pu se procurer les armes et les explosifs qui ont permis son évasion. Ils veulent aussi savoir comment il pu cacher ce matériel à l'intérieur de l'établissement sans être repéré. Pour en savoir plus, ils ont placé lundi deux détenus en garde à vue.

>> A LIRE AUSSI : Une évasion spectaculaire

Les surveillants gênés. Ces soupçons qui pèsent sur le surveillant entendu mercredi provoquent une certains gêne du côté des syndicats de surveillants de prison. Si certains ne se disent toutefois par surpris par cette nouvelle avancée de l'enquête, ils attendent toutefois d'en savoir plus pour se prononcer.

Des heures d’écoute. Au total, cette enquête mobilise une quinzaine de policiers. Des dizaines d’audition et des heures d’écoutes ont déjà été réalisées. Après plus d’un mois de cavale, Redoine Faïd avait été interpellé le 29 mai dernier ,dans un hôtel de Pontault-Combault.