Étiqueter la viande halal, un casse-tête

  • A
  • A
Étiqueter la viande halal, un casse-tête
Aposer une étiquette sur les viandes abattues de façon rituelle est techniquement possible, mais pourrait coûter cher aux professionnels de la filière, selon une enquête Europe 1.@ MAXPPP
Partagez sur :

&AMP;NBSP;</STRONG><STRONG>ENQUÊTE -  La proposition de Sarkozy pourrait coûter très cher aux professionnels.

La proposition émane du président-candidat. Nicolas Sarkozy s’est dit favorable à "l'étiquetage de la viande en fonction de la méthode d'abattage", samedi lors d’un meeting à Bordeaux. Cette suggestion intervient en pleine polémique sur la viande halal alimentée notamment par Marine Le Pen et le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant. Europe 1 a enquêté sur la possibilité d’un étiquetage de toutes les viandes abattues de façon rituelle en France.

Quelles mentions faut-il inscrire ?

Techniquement, la proposition de Nicolas Sarkozy est réalisable. Les professionnels assurent qu’il est tout à fait possible d’étiqueter la viande à la sortie des abattoirs. Mais il serait plutôt envisagé d’annoter la mention "abattu sans étourdissement" plutôt que "halal" ou "casher".

Les acteurs de la filière viande ne seraient toutefois pas favorables à la mise en place de l’étiquetage des viandes abattues de façon rituelle. C’est ce qu’affirme la députée UMP, Françoise Hostalier, qui a déposé une proposition de loi en faveur de l’étiquetage avant de retirer son texte sous la pression du gouvernement.

Les pros de la viande se défendent

"J’ai cru comprendre aujourd’hui que personne n’avait vraiment intérêt à ce que l’on fasse toute la lumière sur les filières et sur la réalité de cet abattage", assure l’élue du Nord. Aujourd’hui, explique Françoise Hostalier au micro d’Europe 1, la viande abattue de manière rituelle ne serait "pas tout à fait dans les normes par rapport à ce qu’ils sont supposés consommer".

Des accusations réfutées catégoriquement par le président de la filière viande, Dominique Langlois. "Au niveau sanitaire, nous sommes soumis à un contrôle des services de l’Etat totalement indépendant. Quant à l’abattage halal, nous le faisons sous le contrôle des représentants des cultes", s'est-il élevé sur l'antenne d'Europe 1 assurant qu'"on tombe dans un débat qui n’a plus aucun sens. S'il y avait eu un problème, nous l’aurions su".

Pour Dominique Langlois, "on est entré dans un débat strictement politique. On est entré dans une volonté de prendre la filière (viande, ndlr) en otage, dans un débat politique qui ne nous concerne pas". "L’étiquetage n’est pas obligatoire en France, ni en Europe. Nous n'y sommes pas opposés. Si jamais l'étiquetage était imposé, nous l’appliquerions comme nous appliquons l’ensemble de la réglementation en France", a ajouté le président de la filière viande.

Les professionnels partagent toutefois un certain embarras sur le sujet. En cas de mise en pratique de cette proposition UMP, les abatteurs et les producteurs de viandes pourraient, de toutes façons, être perdants. Car aujourd’hui, toutes les viandes sont mélangées à la sortie de l’abattoir, que la bête soit tuée de façon rituelle ou non ce qui permet d’écouler tous les morceaux et d’éviter les pertes.

Un coût financier qui reste à évaluer

En effets, certains consommateurs religieux n'achètent pas certaines parties de la viande. C’est le cas par exemple des juifs qui ne consomment que la partie avant du boeuf, la poitrine et les épaules… le tout casher. En cas d’étiquetage, les professionnels pourraient donc ne plus vendre toute la partie arrière de l'animal, comme le filet ou encore le rumsteak.

"Il y aura un problème financier, un problème de perte et qu’il faudra bien récupérer quelque part", assure à Europe 1 un boucher de la Manche qui préfère rester anonyme pour aborder la question. Les bouchers "ont peur qu’il leur reste de la viande sur les bras. Ou il faudra qu’ils la bradent", explique-t-il.

Dans les faits, les consommateurs de viandes casher pourraient être les premières victimes de l'étiquetage : ils pourraient voir les prix s'envoler pour compenser les pertes.