Essence : les zones rurales trinquent

  • A
  • A
Essence : les zones rurales trinquent
Les prix de l'essence ont augmenté de 1,5 à 2 centimes en moyenne sur le territoire
Partagez sur :

Avec la flambée du carburant, libéraux et artisans peinent à rentrer dans leurs frais en zone rurale.

Au cœur des volcans d’Auvergne, la voiture est "le" partenaire indispensable. Pour le travail, aller à une séance de cinéma, à une consultation médicale, il faut prendre le volant et parcourir 20, 30 ou 40 kilomètres de route. La hausse du prix de l'essence de 1,5 centime - 2 centimes en moyenne constatée depuis la semaine dernière n'est donc pas une bonne nouvelle pour les habitants de Pontgibaud dans le Puy-de-Dôme. Loin de là.

"Je fais 70 kilomètres aller-retour par jour", explique à Europe 1 Erwan, aide-soignant. "Du coup, je prends une bonne note bien salée à chaque fin de mois. Il y a encore 4 ou 5 ans ça me dérangeait moins mais on commence à se poser des questions", poursuit-il.

"Si ça continue comme ça, s’il faut que je passe la moitié de la journée à payer juste l’essence, qu’est ce qu’il me reste à la fin du mois ? Pas grand-chose", conclut-il.

"Le prix du carburant va avoir un impact"

Du côté des artisans locaux, la flambée du budget essence a également un impact très important. Le menuisier du village est même contraint de facturer plus cher la pose des meubles.

"Le prix du carburant va avoir un impact sur le coût d’installation. On a un forfait et au-delà de 20 kilomètres, il est certain que l’installation va augmenter", souligne le menuisier. "Notre clientèle est en ville à 70 ou 80 %. On est tout de suite à 30 kilomètres aller, 30 kilomètres retour. On est obligés d’aller chercher le travail là où il est, et pas forcément à notre porte", déplore-t-il.

Et les tarifs de ce menuisier grimperont désormais tant que le prix de l’essence augmentera.

>> Pour trouver l'essence la moins chère près de chez vous, cliquez ici.