Enquête pour abus de confiance : perquisitions chez MAM

  • A
  • A
Enquête pour abus de confiance : perquisitions chez MAM
@ REUTERS
Partagez sur :

ENQUÊTE - Michèle Alliot-Marie et son père, Bernard Marie, sont visés par une information judiciaire pour "abus de confiance".

Après Copé, Buisson, Sarkozy, c'est au tour d'une autre figure de l'ex-majorité présidentielle, Michèle Alliot-Marie, d'être rattrapée par une "affaire". Les domiciles de l'ancienne ministre de la justice et de son père, Bernard Marie, ancien député et maire de Biarritz, ont été perquisitionnés, mardi matin, selon Le Monde. Père et fille sont visés dans une information judiciaire ouverte pour "abus de confiance". Michèle Alliot-Marie pourrait avoir bénéficié de fonds suspects provenant d'un hôtel de luxe dans lequel elle détient des parts. Les enquêteurs cherchent donc des documents établissant la réalité de mouvements de fonds suspects.

Des nombreuses perquisitions. "Il y a des perquisitions qui sont en cours dans cette affaire, dans le ressort des juridictions de Paris, Nanterre et Biarritz", a déclaré le procureur de Nanterre, Robert Gelli. Selon des sources proches de l'enquête, le domicile de l'ex-garde des Sceaux à Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine, fait en effet aussi l'objet d'une perquisition. Les enquêteurs perquisitionnent également l'office du tourisme de Saint-Jean-de-Luz, fief de MAM dans les Pyrénées-Atlantiques. La mairie de Saint-Jean-de-Luz, dans les Pyrénées-Atlantiques, est également visée par les opérations judiciaires en cours.

Des mouvements de fonds suspects... Une enquête préliminaire, lancée après un signalement de la cellule de lutte contre le blanchiment d'argent, Tracfin, en décembre 2012, avait duré six mois. Cette enquête préliminaire a donné lieu à  l'ouverture d'information judiciaire, le 13 juin dernier, à Nanterre pour "abus de confiance" au préjudice de plusieurs associations locales. Le dossier a été confié à trois juges d'instruction financiers.

michele alliot marie bernard marie  MONTAGE e1default 930620

... d'un hôtel de luxe détenu par le père de MAM. Les investigations portent sur des mouvements de fonds suspects entre des associations liées à l'office de tourisme de Saint-Jean-de-Luz et un hôtel de la localité basque. Cet établissement de luxe, l'Hôtel de Chantaco, est dirigé par Bernard Marie, ancien député-maire de Biarritz, âgé de 95 ans, et père de Michèle Alliot-Marie. L'ancienne ministre, aujourd'hui première adjointe UMP à Saint-Jean-de-Luz, y détient des parts. 

D'après une source proche de l'enquête, "l'argent a emprunté plusieurs circuits. Mais ils sont assez simples. Il ne semble pas que l'on rencontre, dans cette affaire, le moindre compte offshore". La période examinée par les magistrats s'étend de 2010 à fin 2012 et les sommes en jeu seraient de l'ordre de 200.000 euros.

Le père et sa fille "ne voient pas" de quoi il s'agit. En apprenant, en octobre dernier l'ouverture de l'information judiciaire, MAM avait confié "tomber des nues".  "Je n'ai connaissance d'absolument rien, je ne vois pas ce qu'il peut y avoir. On parle de moi pour des tas de choses, il y a des élections, ça doit gêner certains", avait réagi, auprès de Sud Ouest, l'ancienne ministre, qui est aujourd'hui candidate aux municipales à Saint-Jean-de-Luz.

Joint par le journal, son père avait tenu le même discours. "J'ignore tout de cela. Le seul lien que j'ai avec l'office de tourisme de Saint-Jean-de-Luz c'est mon association, l'Association pour l'organisation de festivals, dont ma fille ne fait d'ailleurs pas partie", assurait-il.

sur le même sujet, sujet,

RETOUR SUR - MAM et son père visés par une enquête

ENREGISTREMENTS BUISSON - MAM, Borloo et Fillon : ce que Sarkozy disait en "on"