En Seine-et-Marne, la vie est plus courte

  • A
  • A
En Seine-et-Marne, la vie est plus courte
D'importantes inégalités en matière de santé existent en Ile-de-France. En Seine-et-Marne notamment, la mortalité par le cancer est plus importante que dans les autres départements.@ MAXPPP
Partagez sur :

A l'inverse, les Hauts-de-Seine et les Yvelines enregistrent une espérance de vie plus haute.

77,4 ans pour les hommes et 83,5 ans pour les femmes. L’espérance de vie des Seine-et-Marnais est la plus faible de la région Ile-de-France, selon un rapport de l'agence régionale de santé (ARS), dévoilée vendredi dans Le Parisien. Un constat accablant en comparaison à la moyenne de la région, qui se positionne à 79 ans pour les hommes et 84,9 ans pour les femmes. D’autant plus que ces chiffres sont bien en dessous des autres départements franciliens.

Les Hauts-de-Seine, les Yvelines et Paris en tête

Côté hommes, les Hauts-de-Seine arrivent en tête de peloton avec une espérance de vie en moyenne de 79,9 ans, suivis des Yvelines (79,7) et de Paris (79,6). L’Essonne arrive en quatrième position avec une espérance de vie masculine de 79,1 ans. Sous la moyenne régionale se positionne le Val-de-Marne avec 78,9 ans et le Val-d’Oise avec 78,4 ans. Enfin, avant la Seine-et-Marne figure la Seine-Saint-Denis avec 77,9 ans en moyenne. La moyenne française est de 77,5 ans.

Côté femmes, ce sont les Yvelines où il fait bon vivre. L’espérance de vie dans le département de l’ouest francilien pointe à 85,6 ans en moyenne, suivi de Paris avec 85,5 ans en moyenne et des Hauts-de-Seine avec 85,4 ans en moyenne. L’étude révèle qu’en Essonne, les femmes vivent en moyenne jusqu’à 84,9 ans, 84,1 ans en Seine-Saint-Denis et 84 ans dans le Val-d’Oise et le Val-de-Marne. En France, la moyenne de l’espérance de vie des femmes est de 84,3 ans.

Plus de cancers en Seine-et-Marne

Concernant la mortalité par cancer chez les hommes et les hommes, la Seine-et-Marne se place en tête avec, respectivement, 249,6 cas pour 100.000 et 127,6 cas pour 100.000. Des chiffres bien au-dessus de la moyenne nationale : avec chez les hommes, 243 cas pour 100.000 à mourir d’un cancer et chez les femmes, 118 cas pour 100.000.

La Seine-et-Marne enregistre un record également en ce qui concerne la mortalité par maladie cardiovasculaire. Chez les hommes, l’étude note 173,4 cas pour 100.000 et chez les femmes 100,2 cas pour 100.000. des chiffres bien au-delà des autres départements franciliens. En Ile-de-France, 145,1 cas pour 100.000 ont été enregistrés pour les hommes et 84,8 cas pour 100.000 pour les femmes. Mais, la Seine-et-Marne est toutefois en dessous de la moyenne nationale : 177 cas pour 100.000 pour les hommes et 103,1 pour 100.000 pour les femmes.

La Seine-Saint-Denis est lanterne rouge en ce qui concerne la mortalité infantile avec 5,4 cas pour 1.000 naissances. En Ile-de-France, l’étude compte 3,9 cas pour 1.000 et 3,6 cas sur 1.000 sur l'ensemble de la France.

"Une offre de soins insuffisante"

Toutes ces inégalités entre départements de l’Ile-de-France seraient dues aux disparités en matière de santé. Pour Claude Evin, le directeur de l’ARS d’Ile-de-France interrogé par Le Parisien, il y a un "décalage, paradoxal, entre un bon niveau global de santé et une situation très dégradée pour certains indicateurs dans les zones de grande précarité sociale". Dans ces zones, comme la Seine-Saint-Denis ou la Seine-et-Marne, "l’offre de soins est souvent insuffisante", note-t-il.