En prison, des détenus radicaux "plus puissants que moi"

  • A
  • A
En prison, des détenus radicaux "plus puissants que moi"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 -Yannis Warrach, aumônier musulman à la prison d'Alençon, raconte la difficulté de sa fonction face au prosélytisme en milieu carcéral.

ENTRE LES MURS. C'est en prison que Mehdi Nemmouche, tireur présumé du Musée Juif de Bruxelles, se serait radicalisé. Petit braqueur au début de sa peine, l'homme s'est envolé pour la Syrie et le djihad cinq ans plus tard, dans les semaines qui ont suivi sa libération. L'action contre la propagation de la pensée radicale dans les établissements carcéraux apparait désormais comme une priorité dans la lutte contre le terrorisme. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, annonçait hier sur Europe 1 travailler à de nouvelles dispositions avec son homologue à la Justice.

Aux avant-postes dans les prisons, figurent les aumôniers musulmans. La France n'en compte que 152, un nombre insuffisant pour contrer la déferlante de l'islam radical dans toutes les prisons de France.Yannis Warrach est un imam qui travaille notamment au sein de la prison d'Alençon. Il témoigne, au micro d'Europe 1, de la difficulté de sa fonction.

"Ils ont fait toutes les prisons de France". "Ces détenus ne restent pas longtemps dans un établissement car à un certain moment l'administration n'en peut plus et ils partent ailleurs", raconte le religieux. "Donc ils circulent partout et ont généralement fait toutes les prisons de France".

"Ces détenus là ont pratiquement tous un ordinateur. Ils ont beaucoup de documents religieux. Ils se les passent par clés USB, un objet interdit mais qui se transmet très facilement d'un détenu à l'autre : c'est en plastique et cela ne se repère pas", poursuit  Yannis Warrach.



Islam en prison : ces détenus radicaux "sont...par Europe1fr

"C'est évident qu'ils sont beaucoup plus puissants que moi auprès des détenus", regrette-t-il. "Ils sont beaucoup plus en prison que moi tout simplement. Moi je n'y suis pas assez souvent, je n'ai pas les moyens. Je suis rémunéré 500 euros. Je ne vais pas faire un travail du lundi au vendredi pour 500 euros".

Un état de fait qui est d'autant plus problématique que ces détenus sont coriaces. "Vous savez, pour faire entendre raison à un 'radical', il faut s'accrocher.  Je ne sais pas si mes confrères ont trouvé mais moi je n'ai pas trouvé".

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

ZOOM - Affaire Nemmouche : la prison, terreau du djihad ?

DOCUMENT - Islam : les interrogations de Nemmouche en prison

QUESTION - Y-a-t-il eu une faille des services de renseignement ?

ENQUÊTE - Ce qu'ont découvert les enquêteurs

CARTE - Nemmouche : son parcours en sept étapes

ITW E1 - Cazeneuve sur le djihad : une "traque sans trêve"

EXCLU - Nemmouche "lançait des appels à la prière collective"

ZOOM - Tuerie de Bruxelles : qui est l'Etat islamique en Irak et du Levant ?

PORTRAIT - Tuerie de Bruxelles : qui est Mehdi Nemmouche ?

LA TRAQUE - Musée juif de Bruxelles : une vidéo et un suspect