En France, le sentiment d'insécurité est en hausse

  • A
  • A
En France, le sentiment d'insécurité est en hausse
Les cambriolages sont en forte augmentation depuis plusieurs mois.@ MAXPPP
Partagez sur :

PARADOXAL - C'est ce que révèle une enquête qui pointe par ailleurs une "stagnation voire diminution" des violences.

L'INFO. Il monte, il monte, le sentiment d'insécurité. Les Français n'ont jamais été aussi nombreux - 17% - à l'éprouver selon l'édition 2013 de l'enquête annuelle dite de "victimation" publiée par l'Observatoire national de la délinquance et l'Insee. D'après cette étude, c'est du côté de l'augmentation des cambriolages que se situerait l'explication.

Un ressenti au plus haut. Sur les 14.589 ménages ou personnes interrogés, 17% déclarent se sentir en insécurité chez elles ou dans leur quartier. Cette proportion était de 16,3% en 2012 et de 13,3% en 2008. La proportion de personnes citant la délinquance "parmi les trois problèmes les plus préoccupants dans la société française" est aussi à son "niveau le plus élevé depuis 2007"(53%), pointe encore cette enquête.

Un record paradoxal. Cette hausse du sentiment d'insécurité intervient alors que l'enquête 2013 montre que les violences aux personnes sont "plutôt en stagnation voire en diminution". Pour Cyril Rizk, le responsable des statistiques à l'Observatoire national de la délinquance, joint par Europe1, la première explication de ce paradoxe est à chercher dans le climat ambiant : "on est dans un contexte socio-économique très difficile et cela peut jouer sur le sentiment d'insécurité", explique-t-il.

Les cambriolages : la grande explication? Pour Cyril Rizk, c'est l'autre explication à cette hausse du sentiment d'insécurité: "on a davantage ce sentiment de vulnérabilité si on a un voisin qui a été victime de cambriolage", juge-t-il. Or, les cambriolages sont en forte augmentation depuis plusieurs mois, selon les statistiques officielles (+ 8 à 10%  selon le dernier bilan mensuel). 4,2 millions de vols et tentatives ont ainsi eu lieu en France en 2012, soit deux à trois fois plus que les chiffres officiels, révèle cette enquête basée sur des entretiens. Les bijoux figurent parmi les objets les plus convoités par les voleurs, détaille l'Observatoire, et les vols ont essentiellement lieu dans les maisons, en forçant la porte.