EN DIRECT - Revivez l'arrivée des ex-otages, entre rires et larmes

  • A
  • A
EN DIRECT - Revivez l'arrivée des ex-otages, entre rires et larmes
La joie de Didier François à Villacoublay@ Reuters
Partagez sur :

ENFIN ! - La matinée est forte en émotion avec le retour des journalistes retenus pendant dix mois en Syrie.

L'ESSENTIEL

- Les quatre ex-otages ont retrouvé leurs proches

- Didier François a confié avoir vécu dans "un trou noir"

- François Hollande a parlé d'un "jour de joie"

> NOS IMAGES - Retrouvez les photos prises en coulisses par les équipes d'Europe 1.

LES DERNIÈRES INFOS

11:00 : Check-up. Les quatre ex-otages se sont rendus à l'hôpital du Val-de-Grâce après avoir partagé quelques moments avec leur famille. Ils sont examinés par des médecins.

09:47 : Les réflexes. Le photographe Edouard Elias, avec beaucoup d'humour, ne perd pas le nord à l'aéroport de Villacoublay.





09:35 : "L'Etat ne paie pas de rançon". "Gravité et émotion" : voilà pour les mots de François Hollande au micro d’Europe 1 après avoir accueilli les quatre journalistes libérés en Syrie dimanche matin à leur retour sur le sol français. Le président de la République a tenu à préciser que dans le cadre de cette libération, l’Etat français n’a pas payé de rançon. "L’Etat ne paie pas de rançons. C’est un principe très important pour que les preneurs d’otages ne soient pas tentés d’en ravir d’autres", a répété François Hollande. Avant d’insister sur le rôle de la négociation et le travail des services de l’Etat dans de telles situations : "On a la chance d’être français, ça veut dire être soutenu par tout le pays, toute la presse et des Français anonymes".

09:22 : La première interview. Didier François est retourné au micro d'Europe 1 pour la première fois en plus de dix mois. A savoir comment il faisait pour rire et sourire autant après autant de temps en captivité, il a répondu dans un grand éclat de rire : "Je suis libre ! Il ne manquerait plus que je pleure." Il a ajouté que "se plaindre serait quelque chose d'indécent". En Syrie, il n'avait que peu de nouvelles de France et était "un peu dans un trou noir. C'était un trou noir de dix mois et demi".



Parfois, "au détour d'une phrase", les journalistes aujourd'hui libres "apprenaient par nos gardiens que nos photos avaient été mises sur la mairie de Paris". "On sait qu'en France, on n'abandonne pas ses otages", a-t-il redit. Et cela "donne une force, une conviction", avant d'ajouter qu'on "n'a qu'une chose à faire, c'est tenir".

Didier François a également livré quelques mots sur ses conditions de détention, qui "ont été rudes". "Dans un pays en guerre, ce n'set pas toujours simple, les combats étaient proches", a-t-il raconté. Les otages sont restés dix mois dans des sous-sols, et un mois et demi entièrement enchaînés les uns aux autres.

09:13 : Didier François s'exprime. "On n'a jamais douté", a commencé le journaliste d'Europe 1 Didier François. "De temps en temps, on avait des bribes" d'informations. "On a la chance d'être français", a déclaré le reporter, saluant le travail des diplomates et de l'administration française. Il dit avoir découvert l'élan de mobilisation à sa sortie de captivité et "c'est quelque chose qui nous tient à coeur", a-t-il déclaré. "Les Français sont formidables et généreux", a-t-il continué, la voix pleine de larmes. "Je m'excuse, je suis un peu ému", a-t-il conclu.



Didier François : "C'est un immense soulagement...par Europe1fr

09:08 : François Hollande prend la parole. "Ces quatre-là sont de retour. Ils étaient retenus depuis plus de dix mois", a déclaré le président. "Et c'est un jour de grande joie pour eux-mêmes, pour leur famille, pour leurs amis, pour leurs proches", a continué François Hollande. "C'est un jour de joie pour la France. La France est fière d'avoir des compatriotes de cette valeur. Elle est fière que ces compatriotes puissent servir la liberté de la presse. La France est fière d'avoir obtenu qu'ils soient libres."

09:01 : Des pleurs et des éclats de rire. Didier François s'est engagé dans une discussion sérieuse avec François Hollande.

didierhollande

Lui et Edouard Elias ont ensuite retrouvé avant ses collègues, Jean-Pierre Elkabach, Fabien Namias et Denis Olivennes.

retrouvaillesok


08:58 : Nicolas Hénin prend ses enfants dans ses bras et leur fait voir l'hélicoptère dans lequel il a voyagé. Edouard Elias sert ses grands-parents. Didier François a également retrouvé sa famille avant de discuter avec le président de la République.



Retour sur le sol Françaispar Europe1fr

08:56 : Ils sont là ! Les journalistes libérés ont enfin retrouvés leurs proches.

08:52 L'hélicoptère atterrit. L'hélicoptère a atterrit sur le tarmac de la base militaire de Villacoublay.

didierhélico

08:47 : L'hélicoptère à l'approche. Les reporters d'Europe 1 à Villacoublay distinguent l'hélicoptère dans le ciel nuageux des Yvelines. Un mécanicien de l'armée de l'air a pris place sur le tarmac. Les officiels se préparent à recevoir les ex-otages.

08:40 : L'excitation. A quelques minutes de leur arrivée à Villacoublay, l'ambiance est à l'excitation pour les familles qui attendent leurs proches sur la base militaire. Dans le pavillon, "on se raconte des anecdotes, on rit".



08:35 : Ils sont en route. Plus que quelques minutes avant leur arrivée à Villacoublay. Un hélicoptère a quitté l'aéroport militaire d'Evreux et se rend vers la base militaire des Yvelines.

08:29 : François Hollande sur place. Le président français vient d'arriver à Villacoublay, en compagnie du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. François Hollande est allé saluer les familles des journalistes dans le pavillon d'honneur de la base militaire.

08:21 : La mère de Didier François impatiente. Les familles des otages attendent de retrouver leurs proches, après dix mois de séparation. Joëlle, la mère de Didier François, n'a pas beaucoup dormi, raconte-t-elle. "Je suis assez sereine, car j'ai pu le voir à la télévision et j'ai pu l'avoir au téléphone", dit-elle au micro d'Europe 1. "Quand j'ai entendu ce "Maman !', à la télévision, comme il me disait à chaque fois qu'il revenait, c'était déjà tout un bonheur", explique Joëlle dans un large sourire. Quant à savoir comment elle voit ce moment à venir : "On l'imagine, mais bon, on a beau l'imaginer, ce n'est jamais tout à fait comme c'est vraiment."

08:15 : Du monde à Villacoublay. De nombreux collègues de Didier François, ici, à Europe 1, ont fait le déplacement jusqu'à Villacoublay pour l'accueillir.



8:08 : Premier coup de fil à Europe 1. Fabien Namias, le directeur général d'Europe 1, a eu Didier François au téléphone, hier soir. Une surprise, raconte-t-il. Un coup de téléphone, "vous décrochez et on vous dit : 'Ne quittez pas, je vous passe Didier François." Le patron d'Europe 1 a reconnu "sa voix si caractéristique, que tout le monde connaît à Europe 1. Au téléphone, le reporter d'Europe 1 a demandé des nouvelles : "Ouais, comment ça va ? C'est Didier", a-t-il dit selon Fabien Namias. "Bon, je monte dans l'avion, tout va bien ?", a demandé le journaliste tout juste libéré de dix mois de détention.

En apprenant l'émotion de ses collègues, Didier François a répondu avec énergie : "Mais, faut pas pleurer. Je suis en pleine forme, moi. Je rentre demain, je suis impatient de rentrer", a dit le journaliste.

8:01 : Les familles à Villacoublay. Les familles sont arrivées à Villacoublay, sous un ciel gris et une pluie fine. Elles ont pris place dans le pavillon d'honneur de la base militaire et devraient être rejointes par le président de la République.

7:59 : Une tentative d'évasion. Nicolas Hénin, le seul à s'être exprimé pour l'instant, a révélé avoir essayé de s'évader trois jours après avoir été enlevé : "Le principal risque, je l'ai surtout pris trois jours après mon enlèvement, parce que je me suis évadé, que j'ai passé une nuit en liberté à courir adns la campagne syrienne avant de me faire rattraper par mes ravisseurs", a-t-il raconté.

7:44 : En direct avec Europe 1. Les équipes d'Europe 1 sont à Villacoublay, pour retrouver leurs quatre confrères, dont leurs deux collègues Edouard Elias et Didier François.



7:30 : Nicolas Hénin au téléphone. Le premier témoignage d'un des ex-otages a été diffusé sur France 24. Nicolas Hénin a parlé de ses 300 jours de détention, disant être "passé par une dizaine de lieux de captivité, donc de prisons, pour ainsi dire". Il a également raconté que "la plupart du temps, avec d'autres personnes, notamment avec Pierre Torres qui m'a rejoint assez vite". Il parle d'une "longue errance de lieu de détention en lieu de détention", voulant "essayer de reconstituer" les faits "maintenant, en me penchant sur des cartes, en essayant d'évaluer".

Nicolas Hénin dit ne pas encore être capable de faire le point sur ses dix mois de captivité : "Pour le moment, c'est encore très compliqué, encore très confus dans ma tête. Nous avons fait parfois des trajets de plusieurs jours, donc potentiellement sur des centaines de kilomètres". 

7h00 : Enfin de retour en France. Dans la nuit de samedi à dimanche, les quatre ex-otages ont retrouvé le sol français et la base militaire d'Evreux, dans l'Eure. Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres rejoindront par hélicoptère l'aéroport militaire de Villacoublay, dans les Yvelines et retrouveront enfin leur famille et leurs proches. François Hollande et le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, seront également présents.

20.04 otages en Syrie avion Evreux 930620

© ITELE

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

L'ESSENTIEL - Otages en Syrie : retour en France dimanche matin

RECIT - Ce que l'on sait de la libération des quatre otages

ZOOM - Fabien Namias livre les derniers échanges avec Didier François

REACTIONS - La compagne de Didier François est "tellement heureuse de savoir qu'il va rentrer"