Elysée : ce que dit la Cour des Comptes

  • A
  • A
Elysée : ce que dit la Cour des Comptes
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’autorité a épluché les dépenses de l’Elysée. Verdict ? Une gestion "plus rigoureuse".

Le rapport sur les comptes de l’Elysée devrait provoquer moins de tumultes que celui rendu le 7 juin sur la gestion des forces de sécurité. Dans un document de 21 pages (voir le PDF), la Cour des Comptes salue lundi la "réduction des coûts de fonctionnement" de la présidence de la République grâce à une gestion "plus rigoureuse" du budget 2010. Pour autant, la Cour estime que des "améliorations" sont à apporter "tant du côté de l'allègement des charges que de la transparence des coûts". Tour d'horizon des bons et mauvais points.

LES AVANCEES

Une gestion plus rigoureuse. "L'évolution des comptes des services de la présidence de la République atteste d'une réduction des coûts de fonctionnement de ces services", souligne le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud. "Ce résultat est le fruit d'une gestion conduite selon des procédures plus rigoureuses et de pratiques mieux maîtrisées que par le passé", ajoute les agents de la juridiction financière.

Moins de personnel. Les effectifs affectés à l'Elysée sont passés de 1031 agents en 2008 à 904 en 2010. Le nombre de conseillers du président de la République a aussi été réduit, passant de 82 à 46, note la Cour dans son rapport.

Moins de charges de fonctionnement. La Cour se félicite de leur baisse de 21,6% entre 2008 et 2010. Elle note d’ailleurs que la suppression des chasses présidentielles et de la garden-party du 14 juillet ont contribué à cette diminution des charges. Plusieurs autres postes enregistrent des économies par rapport à 2009 : locations immobilières (-21,8%), locations mobilières (-37%), déplacements, missions et réceptions (-11%), frais postaux et de télécommunication (-40%).

Les dépenses de communication en baisse. Les dépenses en études et sondages, objet d'une vive polémique il y a deux ans, ont été ramenées d'environ 3,28 millions d'euros en 2008 à 1,45 million en 2010.

LES MAUVAIS POINTS

Le coût des voyages présidentiels. En 2009, l’Elysée avait été épinglé sur ce point précis. Entre 2008 et 2010, ils ont été ramenés de 19,7 à 18,8 millions d'euros. Mais des efforts sont encore possibles, notamment pour les voyages en France, "dont le coût se révèle parfois très élevé". Exemple à l’appui : un déplacement en Haute-Marne pour quelques heures aura coûté… 284.614,65 euros.

L'arbre de Noël. La charge représentée par cette fête demeure élevée (350 euros par enfant) même si elle a été réduite de 34,3% sur les trois dernières années, note la Cour.