Elle tente de remplacer sa fille au baccalauréat
© Max PPP

Cette femme de 52 ans a tenté de prendre sa place à l’épreuve d’anglais en se déguisant en ado pour passer inaperçue.

L’INFO. C’est le premier cas de fraude officielle de ce bac 2013 et il est pour le moins surprenant. Une quinquagénaire a été prise en flagrant délit mercredi après-midi, alors qu'elle tentait de prendre la place de sa fille lors d'une épreuve d'anglais du baccalauréat dans un lycée parisien du 10e arrondissement. 

>>> A lire : ZOOM : Dans les coulisses des oraux

11.06 Bac 930x620

© MAXPPP

Elle se déguise en ado. A l’entrée du lycée privé Bossuet-Notre-Dame dans lequel sa fille n’est pas scolarisée, personne ne remarque cette femme de 52 ans qui se fond dans la masse des candidats. Des adultes qui passent le bac, cela ne surprend plus personne aujourd’hui. Elle est convaincue qu’elle va passer inaperçue jusqu’au bout. Pour cela, elle s’est déguisée en ado : des baskets, un jean taille basse et un maquillage soigné. La mère de famille va directement dans la salle d’examens. Elle s’assoit à la place de sa fille comme si de rien n’était, sort ses stylos et se prépare à plancher pendant trois heures.

>>> A lire : POLEMIQUE :  Des profs invités à gonfler les notes

11.06 Bac bandeau

© maxppp

Une surveillante déjoue la supercherie. Une première surveillante s’étonne. En début de semaine, à la même table lors de l’épreuve de philosophie, il y avait une jeune fille stressée qui lui avait demandé plusieurs fois où étaient les toilettes. Mais c’est au moment de ramasser les cartes d’identité, comme à chaque début d’épreuve, qu’une deuxième surveillante découvre la supercherie. "Elle s'est vite rendu compte que ce n'était pas la même", a précisé une source policière. La candidate est censée avoir 19 ans or elle est très clairement plus âgée : 33 ans de plus très exactement.

>>> A lire :  Voici le programme des épreuves

Toutes les deux encourent des sanctions pénales. Vers 15h30, le proviseur appelle le rectorat puis le commissariat. Quatre policiers viennent cueillir la mère à la sortie de la salle pour ne pas perturber le déroulement de l’examen et risquer une annulation nationale de l’épreuve. Malgré ses 52 ans, l’usurpatrice commence par affirmer n’en avoir que 19. Puis elle change de version et prétend avoir remplacé sa fille malade. Reste que cette grossière tentative de fraude pourrait coûter cher : la vraie candidate risque une interdiction de passer le bac pendant cinq ans et elle encourt, comme sa mère, des sanctions pénales.

>>> "Un stratagème baroque", s'amuse Jérôme Commandeur, qui revient sur cette affaire dans sa chronique sur Europe 1 :