DSK met les points sur les i

  • A
  • A
DSK met les points sur les i
@ MAXPPP
Partagez sur :

Après la publication du livre de son biographe, DSK se dit "pas engagé" par certains écrits.

C’est une mise au point formelle, par communiqué, rendue publique le jour de la sortie de Affaires DSK, la contre-enquête, le livre de Michel Taubmann, son biographe. Dominique Strauss-Kahn a fait savoir jeudi soir que "face à la multiplication récente d'interprétations d'événements me concernant, je tiens à affirmer que je ne suis engagé ni par les écrits, ni par les déclarations ou témoignages de quiconque, souvent inexacts".

Dans Affaires DSK, la contre-enquête, Michel Taubmann, qui est un grand défenseur de l’ex-patron du FMI, dit s'appuyer sur des confidences de Dominique Strauss-Kahn, mais aussi de nombreux acteurs ou témoins de l’affaire. Et relance, sur la base de toutes les informations qu’il a collectées, la thèse d'une machination politique dont aurait été victime l'ancien favori de l'élection présidentielle de 2012 en France.

"Je ne suis pas le porte-parole de DSK"

La présence dans son livre de différents interlocuteurs, c’est-à-dire DSK mais pas seulement, fait dire à Michel Taubmann que, malgré le communiqué diffusé jeudi soir, ce n’est pas son livre qui est directement remis en cause. "Je ne suis pas le porte-parole de DSK", tient-il d’ailleurs à préciser à Europe 1. Selon lui, "Dominique Strauss-Kahn n’a pas dit que ce n’était pas vrai [le contenu du livre]. Il a dit qu’il n’était pas tenu par ce qui est écrit", a fait savoir Michel Taubmann qui insiste notamment sur les citations directement attribuées à DSK.

"Comme mes avocats ont eu l'occasion de le dire, je réserve mes explications à la justice, qu'elle soit française ou américaine", ajoute de son côté Dominique Strauss-Kahn, qui rappelle au passage qu’il est aussi tenu à une certaine discrétion tant que la procédure judiciaire est en cours. Une autre donnée à prendre en compte pour mesurer la portée du communiqué diffusé jeudi soir par la voie officielle, c'est-à-dire celle des avocats de DSK.