DSK : atterrissage imminent en France

  • A
  • A
DSK : atterrissage imminent en France
Le retour de DSK en France est imminent, l'ex-patron du FMi est très attendu.@ REUTERS
Partagez sur :

Il doit rentrer dimanche, assailli de questions sur l’affaire DSK/Diallo et la primaire du PS.

Le retour de Dominique Strauss-Kahn en France est une question d’heures. Aperçu samedi soir à l’aéroport de New York et attendu dimanche matin à l’aéroport de Roissy, DSK va devoir préparer son retour sur la scène française, probablement assailli de questions sur ses ennuis judiciaires aux Etats-Unis et son rôle lors de la primaire socialiste à l’élection présidentielle.

L'ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) a pris un billet sur un vol Air France attendu dimanche à 08h35 à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Face à la pression médiatique qui l’attend, il n’est pas improbable que son entourage tente de brouiller les pistes.

"Il doit des explications"

Que DSK arrive dimanche ou dans les jours qui suivent, "il doit des explications", a confié un de ses proches. L’ex directeur du FMI serait "très déterminé" à s'exprimer sur ce qui s'est passé le 14 mai dans la suite 2806 du Sofitel de New York : "il a l'intention de les donner et il fera face sereinement".

"Je m’exprimerai plus longuement quand je serai de retour en France", avait-il d’ailleurs déclaré à la presse, en regagnant son domicile du sud de Manhattan quelques minutes après avoir bénéficié d'un non-lieu dans l’affaire l’opposant à Nafissatou Diallo.

Une fête en son honneur à Sarcelles ?

L'ancien patron du FMI, qui a fait ses adieux à l'institution lundi, avait déclaré après l'abandon des charges à son encontre , la semaine dernière, qu'il était "impatient" de "retourner" chez lui en France.

Le retour de Dominique Strauss-Kahn pourrait s'accompagner d'une grande fête à Sarcelles, son fief électoral, à l’initiative de son comité de soutien, avait laissé entendre le Figaro. Cependant, plusieurs proches de Dominique Strauss-Kahn ont confié à Europe 1 que l'ancien président du FMI, qui souhaite rester discret, ne se rendrait pas à une telle manifestation.