Drogues : les secteurs les plus touchés

  • A
  • A
Drogues : les secteurs les plus touchés
Pour la première fois, une étude recense les usages de drogues en fonction du secteur d'activité.@ MAX PPP
Partagez sur :

Les salariés de la construction et de l’hôtellerie-restauration sont les plus gros consommateurs.

Alcool, tabac, cannabis ou encore cocaïne : pour la première fois, un baromètre recense les usages de drogues en fonction du secteur d’activité. Ces chiffres, compilés par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, l’Inpes, révèlent que les salariés du secteur de la construction et de l’hôtellerie-restauration figurent parmi les plus gros consommateurs. 32,7% des salariés de la construction confient en effet une consommation ponctuelle importante, soit six verres environ par mois, selon ces données rendues publiques lundi.

Les salariés de la construction devancent ainsi ceux de l’agriculture et de la pêche (30,7%) et de l’hôtellerie-restauration (26,9%). Peut-être plus inquiétant, le secteur des transports figure en bonne place dans le classement (24,2%). Pour l’ensemble des actifs, la part de ceux ayant une consommation ponctuelle importante est de 19,2%. Pour la consommation d’alcool quotidienne, c’est en revanche le secteur agricole et de la pêche qui arrive en tête, avec 16,6% d’usagers quotidiens, suivi de la construction avec 13,4%, contre 7,7% pour l’ensemble des actifs.

Les arts et spectacles accros au cannabis

En matière de cannabis, le secteur des arts et spectacles est à la première place, avec 16,6% de consommateurs dans l’année, contre 6,9% pour le total des actifs. Les salariés de la construction sont quant à eux 13% à avoir consommé du cannabis au moins une fois dans l’année, presque à égalité avec le secteur de l’hôtellerie-restauration (12,9%).

Quant à la cocaïne, elle est elle aussi particulièrement prisée dans le secteur des arts et spectacles : près d’une personne sur dix en a consommé au moins une fois dans sa vie. Cette substance est également plus courante dans le domaine de l’information-communication, où 6,9% des actifs en ont déjà consommé, contre 3,8% pour l’ensemble des actifs. Pour l’ecstasy, ce sont l’hôtellerie-restauration et les arts et spectacles qui arrivent en tête, avec respectivement 7,9 et 7,3% des travailleurs qui en ont déjà consommé.

En outre, plus du tiers des fumeurs réguliers affirment avoir augmenté leur consommation en raison de problèmes liés à leur travail cette année. Il en va de même pour 13,2% des consommateurs de cannabis et 9,3% des consommateurs d’alcool. Mais les auteurs de l’étude insistent tout de même sur le fait que "l’exercice d’une activité professionnelle reste globalement un facteur de protection des conduites addictives", comparée au chômage.