Drame du Vélodrome : "rien n'a changé"

  • A
  • A
Drame du Vélodrome : "rien n'a changé"
@ Max PPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - La femme d'une des victimes dénonce les lenteurs de la justice.

L'heure est au recueillement. Trois ans jour pour jour après l'écroulement de la scène du stade Vélodrome de Marseille avant un concert de Madonna, une cérémonie d'hommage est organisée lundi. A cette occasion, les familles des victimes de l'accident qui a tué deux techniciens dénoncent la lenteur des procédures judiciaires dans ce dossier.

"Arrêter de travailler dans ces conditions"

La veuve de Charles Criscenso, l'un des techniciens tué par la chute du toit attend toujours que les coupables soient désignés. "Je suis très en colère parce qu'aujourd'hui il n'y a personne de responsable et ils fuient tous. La justice est très lente, on va d'expertise en expertise, et c'est très difficile au quotidien", commente-t-elle au micro d'Europe 1.

Il y a eu encore un accident :

Le 16 juillet 2009, Charles Criscenso était aux abords de la scène lorsque le toit s'est brutalement écroulé. La femme du technicien met clairement en cause la société qui supervise le montage des scènes de concert. Selon elle, les exigences de rapidité étaient bien trop soutenues. Son mari lui avait confié qu'il avait été demandé aux ouvriers de gagner 24 heures. Le jour de l'accident, le moteur de l'une des tours était tombé en panne et c'est une grue télescopique qui avait été utilisée pour surélever le toit, avant que tout ne s'écroule.

"Ils ne sentent pas concernés"

"Tous les collègues, tous les intermittents, tous les techniciens doivent arrêter de travailler dans ces conditions", estime la femme de Charles Criscenso. Aujourd'hui, elle se bat pour que les ouvriers qui travaillent sur ce type de chantier ne soient plus mis en danger. Ce qui est loin d'être le cas puisque d'autres accidents se sont produits ces derniers mois dans le monde. "Rien a changé, ils ne sentent pas concernés, mais s'ils veulent, on échange notre vie et la leur. Ces scènes, c'est pour beaucoup du bricolage, même le procureur de la République l'a dit. Il y a des films des photos qui le prouvent", souligne-t-elle.

Le procureur tente à présent de déterminer s'il y a eu consigne d'accélérer la construction du chantier. Le juge pourrait profiter de la tournée européenne de Madonna, et notamment de son passage à Paris, pour l'interroger sur cette affaire.